•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voies de fait sur une femme : Éric Lapointe plaide coupable

Éric Lapointe marche dans un corridor.

Le chanteur populaire a plaidé coupable de voies de fait à la Cour municipale de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le chanteur québécois plaide coupable à une accusation de voies de fait contre une femme.

Au cours de l'audience, Éric Lapointe a reconnu ses torts et a présenté des excuses en expliquant qu'il a un combat à mener contre l'alcoolisme.

C'était la première fois, aujourd'hui, qu'il se présentait en personne au tribunal dans cette affaire.

« Dans la dernière année, j’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir aux événements survenus le 30 septembre [2019]. Je regrette sincèrement le geste que j’ai posé ce matin-là. Je sais pertinemment que l’état d’intoxication dans lequel je me trouvais n’excuse en rien mon comportement. Ça me donne une raison supplémentaire de poursuivre le combat que je mène contre l’alcoolisme depuis plusieurs années. J’espère que Madame me pardonnera un jour. Je m’excuse à tous ceux que j’ai pu décevoir.  »

— Une citation de  Éric Lapointe

Vers une absolution conditionnelle?

La défense et l'accusation se sont ensuite entendues pour recommander au juge une absolution conditionnelle, ce qui permettrait au chanteur d'éviter d'avoir un casier judiciaire, en échange d'une probation d'un an au cours de laquelle il devrait garder la paix et avoir une bonne conduite.

Le juge a suspendu l'audience temporairement, le temps de réfléchir à la suggestion présentée par les parties.

Selon les faits exposés au tribunal, les événements se sont produits le matin du 30 septembre 2019, le lendemain d'une fête à laquelle avait pris part le chanteur. Encore sous l'effet de l'alcool de la veille, Éric Lapointe a eu un conflit dans sa résidence avec une femme qui, elle, n’était pas sous l'effet de l'alcool.

Il a posé sa main contre son cou et l’a adossée au garde-manger. La femme a ensuite appelé le 911 pour demander l'aide de la police. Elle n'a par ailleurs subi aucune blessure et Éric Lapointe a collaboré avec les agents dépêchés chez lui.

Un interdit de publication empêche quiconque de dévoiler l'identité de la plaignante dans cette affaire.

En octobre 2019, par la voie de son avocat, Éric Lapointe a plaidé non coupable aux accusations portées contre lui.

En attendant son procès, le chanteur de 50 ans a pu conserver sa liberté sous réserve du respect de certaines conditions, dont celles de ne pas s'approcher de la plaignante, de ne pas communiquer avec elle et de garder la paix.

Le 7 août dernier, Éric Lapointe a de nouveau été convoqué au tribunal pour avoir omis, cette fois, de se conformer à la promesse de ne pas communiquer avec la plaignante. Il a plaidé non coupable à cette accusation.

Le chanteur a, depuis, annulé ses apparitions publiques, notamment à l'émission La Voix, sur les ondes de TVA, ainsi qu'au Gala de l'ADISQ de l'an dernier.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.