•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des éclosions de COVID-19 aux barrages LG-2 et LG-4 d'Hydro-Québec

Un barrage d'Hydro-Québec vu des airs.

L'aménagement Robert-Bourassa, auparavant appelé La Grande 2 (LG-2).

Photo : Hydro-Québec

Annie-Claude Luneau

Des éclosions de COVID-19 ont été détectées dans des installations d'Hydro-Québec dans le Nord-du-Québec.

Six travailleurs du barrage LG-4 ont reçu un test positif et une cinquantaine d'autres recevront un test de dépistage.

Le virus a aussi contaminé deux travailleurs du barrage LG-2. Par mesure de précaution, une quinzaine d'autres travailleurs se verront offrir un test de dépistage.

Il s'agit de travailleurs qui habitent à l'extérieur du Nord-du-Québec. Plusieurs dizaines de personnes ont aussi été placées en isolement préventif.

Ces éclosions n'auront d'ailleurs pas d'impacts directs sur les opérations d'Hydro-Québec, assure Francis Labbé, porte-parole.

Toute personne dont le rôle n'est pas essentiel au territoire de la Baie-James, on lui demande de travailler à distance, de ne pas se présenter.

Francis Labbé, porte-parole d'Hydro-Québec

On assure la distanciation sociale à la fois dans les avions, dans les transports collectifs, dans les voitures aussi. Quand les gens se déplacent d'un endroit de travail à un autre, on demande le port du masque de procédure, les lunettes de sécurité. Il y a de plus en plus de postes où les gens peuvent se laver les mains et même laver les outils avant de les remiser, explique-t-il.

Évidemment, à d'autres endroits, c'est plus exigu, lorsqu'on travaille par exemple sur un groupe turbine alternateur qui est à l'arrêt. Là, ce n'est pas toujours évident de respecter les deux mètres, les gens doivent porter le masque de procédure. On fait appliquer ça le plus possible, on rappelle ces mesures-là aux gens, et dans la majorité des cas, ça fonctionne, ajoute M. Labbé.

Dr Eric Eleko, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive au Centre régional de santé et de services sociaux de la Baie-James (CRSSS-BJ), est satisfait de la rapidité d'intervention d'Hydro-Québec.

Ils ont tout de suite suivi nos recommandations d'annuler toutes les activités sportives à l'intérieur, de fermer la cafétéria et de respecter la distanciation, rehausser les mesures de nettoyage, donc on peut dire qu'on est satisfaits de la façon dont ils ont géré la situation et dont ils continuent à gérer la situation ensemble avec nous.

Un premier cas à Matagami

Par ailleurs, un premier cas de COVID-19 a été découvert dans la municipalité de Matagami, dans le Nord-du-Québec.

Il s'agit d'une personne qui réside à l'extérieur du Nord-du-Québec et qui ne se retrouve pas dans le bilan de la région.

Par contre, la personne infectée est présentement en isolement à Matagami. Trois personnes qui ont été en contact étroit ont aussi été placées en isolement.

C'est une personne de l'extérieur de la région qui avait demandé un test de dépistage à son arrivée. Son test était négatif, mais quelques jours plus tard, elle a commencé à avoir des symptômes, et donc a été retestée et le résultat est revenu positif à ce moment-là, explique Dr Eleko.

Une région épargnée jusqu'à maintenant

Le Nord-du-Québec n'a enregistré que neuf cas depuis le début de la pandémie au printemps.

Le Dr Eleko rappelle l'importance de respecter les mesures sanitaires, parce que la région pourrait rapidement basculer au orange ou au rouge même s'il y a peu de cas.

Avec les éclosions qui sont là, c'est facile de passer de jaune à orange ou rouge rapidement en quelques heures ou en quelques jours. C'est important pour nous de travailler ensemble pour que la région demeure jaune. Dépendamment du nombre de population, deux ou trois cas seulement à Chibougamau, par exemple, nous passeraient directement dans le orange et on friserait le rouge.

Le Grand conseil des cris a d'ailleurs ajouté la municipalité de Radisson à sa liste de secteurs à risque.

Les membres des communautés cries qui se rendent à Radisson devront s'isoler pendant 14 jours. Il en va de même pour toute personne qui visite un site d'Hydro-Québec ou une zone orange ou rouge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !