•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amos désigne de nouvelles zones incompatibles à l’activité minière

L'hôtel de ville d'Amos.

L'hôtel de ville d'Amos

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

La MRC Abitibi pousse plus loin ses démarches afin de rendre des parcelles de son territoire incompatibles à l’activité minière.

Un premier exercice avait été réalisé sur une base temporaire en 2017, à la suite de modifications à la Loi sur les mines. Plusieurs municipalités avaient alors désigné des zones à protéger, notamment leur périmètre urbain et des secteurs plus à risque près des eskers.

Trois ans plus tard, la MRC veut rendre ces désignations permanentes et elle relance la balle à ses municipalités, en ouvrant la porte à l’ajout de nouvelles zones, notamment près des lacs et rivières.

La Ville d’Amos a répondu positivement à la demande et confirmé sa volonté de voir une quinzaine de sites soustraits à l’activité minière. On y retrouve notamment le périmètre urbain et une aire de 1000 mètres autour de celui-ci, le Refuge Pageau, le Labyrinthe des insectes, le camping municipal et plusieurs développements résidentiels situés à l’extérieur du périmètre urbain.

Pour le maire Sébastien D’Astous, le choix de ces territoires répond à la volonté de la Ville de protéger ses plans d’eau.

Ce n’est vraiment pas un message qu’on ne veut pas que les minières viennent chez nous, rappelle-t-il. Nos choix sont tout à fait raisonnables et nous sommes en phase, d’un côté comme de l’autre, avec le développement minier et la protection du territoire.

Approbation du ministère

Les propositions de toutes les municipalités seront soumises à la MRC, qui déposera ensuite une demande au ministère des Ressources naturelles pour approbation, avant de pouvoir les intégrer à son schéma d’aménagement.

Sébastien D'Astous parle derrière un lutrin durant une conférence de presse.

Sébastien D'Astous, maire d'Amos et préfet de la MRC Abitibi.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Sébastien D’Astous, qui est aussi préfet de la MRC Abitibi, n’entrevoit pas de problème à l’horizon avec le ministère.

Québec a fait de nous des gouvernements de proximité. On connaît bien nos territoires et on est bien écoutés. Les demandes que nous déposerons sont réfléchies et étudiées. On a confiance que ces ajouts-là seront respectés, ajoute-t-il.

À noter que les territoires faisant déjà l’objet de titres miniers actifs ne peuvent pas être désignés comme incompatibles à l’activité minière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !