•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un verger en devenir à l'École secondaire de Trois-Pistoles

Deux adolescents marchent sur un terrain vague. L'un d'eux pousse une brouette.

Des élèves ont participé à la plantation d'arbres.

Photo : Radio-Canada / Michaële Perron-Langlais

Radio-Canada

La plantation d'une forêt nourricière a commencé mercredi matin à l'École secondaire de Trois-Pistoles. D'ici la fin de la semaine, 1250 arbres doivent être plantés sur le terrain de l'école par des élèves et des bénévoles.

La forêt nourricière, nommée le parc Foresti-Fruits, comprendra 450 arbres fruitiers, 750 arbres forestiers et 50 plants de noisetiers.

C'est quand même un honneur de faire un projet de même, comme ça plus tard, on pourra dire à nos enfants que c'est nous autres qui [avons] fait ça.

Stacy Breton, élève de l'école secondaire de Trois-Pistoles

Quelque 150 élèves et 50 bénévoles mettent les mains dans la terre cette semaine pour planter les arbres.

Une jeune fille est accroupie pour jouer dans la terre.

Une élève plante un arbre.

Photo : Radio-Canada / Michaële Perron-Langlais

Dans quelques années, les fruits pourront être cueillis par les membres de la communauté, et utilisés dans les plats servis à la cafétéria de l'école.

Si on remplace des fruits qui viennent d'Afrique du Sud ou de Floride dans le menu de la cafétéria par des fruits qui viennent d'ici, on vient de réduire les transports, on vient d'améliorer les pratiques d'agriculture et on vient s'alimenter de meilleure façon, soutient Simon Côté de la coopérative Arbre-Évolution, spécialisée en reboisement social et en verdissement comestible, venu prêter main-forte aux élèves et aux bénévoles.

On vient vraiment répondre à un enjeu en lien avec la crise climatique.

Une personne tient une pelle.

Quelque 150 élèves et 50 bénévoles ont mis la main à la tâche mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La création de Foresti-Fruits provient d'une idée lancée par une enseignante, Ann Drapeau.

L'enseignante a elle-même été élève à l'École secondaire de Trois-Pistoles et se souvient qu'à l'époque, elle se demandait pourquoi il n'y avait rien sur le terrain aux abords du bâtiment scolaire.

Elle travaille sur le projet de forêt nourricière depuis plusieurs mois et la pandémie ne l'a pas arrêtée.

Je leur enseigne la science, alors je leur ai montré c'était quoi, une forêt nourricière. À quoi ça sert, pourquoi on fait ça, soutient-elle.

Le Centre de services scolaire du Fleuve et des Lacs, la Ville de Trois-Pistoles, la MRC des Basques, COSMOSS Les Basques, Croc-Ensemble des Basques et le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif, ont eux aussi participé à la création du verger.

Avec les informations de Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !