•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal s'inquiète de la hausse « rapide » des cas chez les aînés

Des policiers en vélo portant des masques se tiennent derrière deux passants qui n'en ont pas.

Des policiers patrouillent sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal, en pleine deuxième vague de COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les cas de COVID-19 chez les personnes de 65 ans et plus sont en hausse dans la métropole québécoise, et la situation inquiète la santé publique de Montréal.

C'est toujours chez les 18-34 ans qu'on compte la majorité des nouveaux cas, a expliqué la directrice régionale de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, en conférence de presse sur l'état de la situation dans la métropole mercredi.

Mais présentement, les 65 ans et plus comptent pour 12 % à 15 % des nouveaux cas, tout dépend des jours, a indiqué la Dre Drouin, qualifiant cette hausse de rapide. Il y a deux semaines, ce groupe d'âge ne représentait que 6 % des nouveaux cas de la maladie, selon la Dre Drouin.

Ce que j'aimerais porter à votre attention, c'est qu'il s'agit d'une tendance inquiétante.

Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal

Selon elle, deux facteurs contribuent à cette hausse : la réduction de la vigilance dans l'application des mesures sanitaires et la transmission intergénérationnelle.

Avec le relâchement qu’on a vu dans l'ensemble de la population, ça se répercute chez les aînés, a-t-elle déploré.

Les aînés vivant à domicile plus touchés

La Dre Drouin a aussi précisé que, contrairement à la situation lors de la première vague, ce ne sont pas les milieux de vie pour aînés comme les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qui sont au cœur de cette vague.

On voit clairement que les aînés à domicile semblent être plus touchés, a-t-elle dit.

La directrice régionale de santé publique a affirmé avoir analysé les données d'une journée en particulier pour comprendre l'origine de la transmission chez cette catégorie spécifique de la population.

Selon elle, la moitié des nouveaux cas recensés lors de cette journée précise chez les 65 ans et plus vivant à domicile étaient dus à des contacts avec la famille, notamment le fait de vivre dans une maison intergénérationnelle.

Elle invite ainsi la population à éviter les visites chez les parents plus âgés, à éviter de leur faire garder les enfants si possible, et à établir des règles claires dans les maisons intergénérationnelles pour réduire les contacts au maximum.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Après l'Action de grâce, l'Halloween en péril

Devant la situation, la mairesse Valérie Plante a personnellement demandé aux Montréalais mercredi d'éviter de se réunir en famille ou entre amis pendant le long week-end qui s'en vient.

On constate tous que les données ne sont pas particulièrement encourageantes. Et avec l'arrivée de l'Action de grâce, je ne cache pas que je suis inquiète.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Je vous demande de remettre le souper de famille à plus tard, lorsque Montréal ne sera plus en zone rouge.

Je vous invite à avoir le même état d’esprit que lors du premier confinement, où on était plus prudent que moins, a-t-elle ajouté.

Et même si plus de trois semaines doivent encore s'écouler avant l'Halloween, la mairesse a également préparé les Montréalais à ce que cette fête subisse un sort comparable.

À voir les chiffres actuellement, je pense qu’on doit se préparer à ce que l’Halloween n’ait probablement pas lieu, a-t-elle précisé en entrevue à En direct avec Patrice Roy. Mais qui sait? Peut-être que notre discipline collective aura démontré le contraire.

Si jamais l’Halloween tient toujours, je pense qu’il faut se préparer à ce qu’elle soit très, très différente, mais alors là, vraiment très différente, et très, très encadrée, a-t-elle ajouté, précisant que, chez elle, on n’est pas encore en train de faire les costumes des petits.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Valérie Plante lors d'une conférence de presse à propos de la COVID-19 à Montréal.

COVID-19 à Montréal : entrevue avec Valérie Plante

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« Tous les indicateurs sont à la hausse »

Ainsi, même si les cas sont à la hausse chez les aînés, le reste des Montréalais n'est pas pour autant épargné par la deuxième vague de COVID-19. Tous nos indicateurs sont à la hausse, a précisé la Dre Drouin.

Le taux de reproduction [du virus] augmente, a-t-elle ajouté, ce qui témoigne d’une transmission communautaire soutenue dans l'ensemble du territoire.

Les secteurs les plus touchés sont présentement Outremont, Montréal-Nord et Centre-Sud.

Au cours des 10 derniers jours, Montréal a ainsi enregistré plus de 2300 nouveaux cas, pour une moyenne de 300 ou 350 cas par jour. Les cas continuent de monter de manière importante, a encore indiqué la Dre Drouin.

Les hospitalisations et les admissions aux soins intensifs sont également en hausse. Présentement, 129 personnes sont hospitalisées sur le territoire montréalais et 25 de ces patients se trouvent aux soins intensifs.

Les hospitalisations ont plus que doublé depuis la semaine dernière, a fait savoir Sonia Bélanger, PDG du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et représentante du Centre de commandement du réseau de la santé montréalais.

Mme Bélanger a indiqué que la métropole compte 1000 lits d'hospitalisation disponibles pour les patients atteints de COVID-19, et que de ceux-là, 150 se trouvent aux soins intensifs. On n'est pas en délestage de nos activités présentement, indique-t-elle.

On a encore beaucoup de capacité en termes d’infrastructure. Mais il faut aussi tenir compte de la capacité de notre personnel. La première vague a été extrêmement difficile, a-t-elle cependant rappelé.

Montréal compte par ailleurs 130 éclosions – de moins de 10 cas pour la plupart – qui sont activement surveillées par la santé publique : 50 dans des milieux de travail, 42 en milieux scolaires, 18 en milieux de garde, 12 en milieux de vie pour aînés et 8 dans la communauté, principalement dans des gyms ou au sein d’équipes sportives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !