•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyclistes : un plan de 32 M$ pour des intersections plus sécuritaires à Ottawa

Une cycliste traverse une intersection à vélo.

Le comité des Transports de la Ville d’Ottawa s’est réuni mercredi, afin d’étudier un plan de 32 million $ qui propose le réaménagement de 29 intersections jugées risquées pour les cyclistes. (archives)

Photo : Radio-Canada / archives

Radio-Canada

Un plan de 32 millions $ est sur la table à la Ville d’Ottawa visant à rendre les intersections plus sécuritaires pour les vélos.

Le 16 mai 2019, durant l’heure de pointe matinale, un cycliste a mortellement été happé par un automobiliste sur la rue Laurier, en face de l’hôtel de ville d’Ottawa.

La tragédie avait créé une onde de choc au sein de la communauté qui s’est réunie par centaines, quelques jours après le drame. Un vélo blanc avait d’ailleurs été installé devant l’hôtel de ville en mémoire de la victime.

Un vélo blanc devant l'hôtel de ville d'Ottawa.

Un vélo fantôme, en mémoire du cycliste décédé le 16 mai sur l’avenue Laurier, a été installé devant l'hôtel de ville d'Ottawa. (archives)

Photo : Radio-Canada / David Richard

Le comité des Transports de la Ville d’Ottawa s’est réuni mercredi, afin d’étudier un plan qui propose le réaménagement de 29 intersections jugées risquées pour les cyclistes.

Intersections problématiques

Le projet évalué à 32 millions $ vise notamment l’ajout de signalisation, de panneaux d’avertissement et des travaux de réaménagement.

Ces recommandations découlent d’une étude sur la sécurité des cyclistes aux intersections à haut volume de circulation. Elle avait été réclamée l'an dernier par des élus d’Ottawa, dont le maire Jim Watson.

Le conseiller d'Ottawa, Mathieu Fleury, accorde une entrevue via vidéoconférence.

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, défend le plan de réaménagement de la Ville d'Ottawa visant à rendre plus sécuritaires les intersections pour les cyclistes.

Photo : Radio-Canada

Ce plan identifie les intersections problématiques à Ottawa et on a une responsabilité. Ces intersections démontrent une proximité entre les cyclistes et les automobilistes ce qui crée des points de tensions. Si on peut mieux définir les espaces, il en va de la sécurité de tous, note le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Au départ, 74 intersections ont été ciblées, pour finalement recommander 29 sites dans la juridiction de la Ville d'Ottawa et où les besoins sont les plus importants.

On a notamment pris en compte le débit de circulation de cyclistes, la concentration de véhicules à moteur et les limites de vitesse des secteurs étudiés. Pour chacune des intersections retenues, au moins quatre collisions impliquant un vélo ont eu lieu au cours des dernières années.

Le comité des Transports de la Ville d’Ottawa s’est montré en faveur des recommandations faites dans le rapport, mercredi, sans toutefois s’avancer sur la façon dont les travaux pourraient être financés.

Financé avec des contraventions

Selon le conseiller Mathieu Fleury, la Ville d’Ottawa peut se permettre un tel projet, compte tenu des revenus tirés par les caméras aux feux rouges et dans certaines zones scolaires.

Ces caméras engendrent des contraventions, ce qui créer des revenus. Au conseil municipal on a assuré le public que ces revenus-là seraient attitrés pour des améliorations à la sécurité routière. On pourrait attribuer des portions de ces revenus, année après année, pour l’amélioration de ces intersections, propose le conseiller Fleury.

Insuffisant

L’organisme Bike Ottawa, qui veille aux intérêts des cyclistes sur le territoire, voit d’un bon œil le plan, le qualifiant d'excellent début. Mais, c’est au niveau du financement que ça coince.

Florence Lehmann est posée à côté de son vélo à l'extérieur.

Florence Lehmann, de Bike Ottawa, réclame un financement permanent de la part de la Ville d'Ottawa pour le réseau cyclable. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Pour le moment, le financement qui est proposé n’est pas très élevé quand on pense par exemple que d’élargir une route peut coûter deux fois ou trois fois plus pour un simple tronçon de un ou deux kilomètres. 32 millions ce n’est pas beaucoup, estime Florence Lehmann, de Bike Ottawa.

Bike Ottawa réclame un financement permanent pour l’entretien du réseau emprunté par les cyclistes.

Il faut vraiment qu’il y ait un financement pour l’infrastructure cyclable, comme il y en a pour l’infrastructure automobile, croit Florence Lehmann.

Si le comité des Transports de la Ville d’Ottawa a approuvé le plan présenté mercredi pour le réaménagement des intersections, les dépenses ne le sont pas encore.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !