•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation musclée dans un Walmart : pas d'accusations contre les policiers

Santina Rao à sa sortie du tribunal provincial d'Halifax, mercredi.

Santina Rao à sa sortie du tribunal provincial d'Halifax, l'été dernier (archives).

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

La « police des polices » en Nouvelle-Écosse ne déposera pas d'accusations contre deux policiers d'Halifax à la suite de l'arrestation controversée d'une femme noire le 15 janvier 2020.

L’Équipe d’intervention en cas d’incident grave de la Nouvelle-Écosse (SiRT) a publié un rapport mercredi sur l’arrestation impliquant une femme noire dans un Walmart d’Halifax. Les preuves de l’enquête n’ont pas permis de conclure que l’agent impliqué dans l’incident devait faire l’objet de poursuites pénales.

Santina Rao, 23 ans, a été blessée par l’agent de la paix lors de l’incident d’un vol à l’étalage présumé alors qu’elle magasinait avec de jeunes enfants.

Santina Rao à sa sortie du tribunal provincial d'Halifax, mercredi.

Santina Rao à sa sortie du tribunal provincial d'Halifax, en février 2020.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le rapport indique toutefois que l’officier n’a pas fait usage d’une force excessive lors de l’arrestation, puisqu’il se protégeait.

Le rapport de la SiRT

Selon l’enquête, Santina Rao s’est énervée et a accusé un policier d’être raciste lorsqu’elle a été interrogée sur le contenu de sa poussette.

Les deux officiers auraient alors tenté d’avertir à plusieurs reprises Santina Rao que son comportement pouvait entraîner son arrestation, mais ces avertissements ont été ignorés.

Le rapport soutient que le policier a frappé Mme Rao au visage après qu'elle l'a égratigné au visage à deux reprises et l'a frappé à l'aine.

Le SiRT indique qu’étant donné l’agressivité de la femme, les actions de l’agent dans cette affaire étaient raisonnables pour procéder à l’arrestation et se protéger.

Nous devons nous rappeler que le SIRT cherche à déterminer si l’officier a commis un crime, a déclaré mercredi Gordon Allen, un avocat de Dartmouth, qui représente Santina Rao.

Santina Rao et Gordon Allen.

Santina Rao et son avocat, Gordon Allen, devant le palais de justice provincial d'Halifax en juillet 2020.

Photo : (Mark Crosby/CBC)

Ils ne cherchent pas à savoir s’il y a eu des violations des règlements de la loi sur la police, ils ne cherchent pas à savoir si quelque chose de fâcheux s’est produit lors des premières interactions, s’il y a eu négligence ou ce genre de choses, ajoute-t-il.

Immédiatement après l’annonce du SiRT, la police régionale d'Halifax a pour sa part publié une déclaration disant qu’elle avait repris son enquête sur une plainte publique concernant l’incident.

La police avait interrompu son enquête pendant que le SiRT faisait son travail.

Santina Rao rétorque

Gordon Allen indique que la décision du SiRT a choqué Santina Rao.

Dans une courte publication sur Facebook mercredi, Santina Rao affirme qu’aucune tentative de résolution de conflit n’a eu lieu ce jour-là, et qu’elle n’avait rencontré aucune personne aimable ou amicale pendant toute l’altercation.

En juillet dernier, la Couronne a abandonné toutes les accusations portées contre Mme Rao, notamment pour avoir troublé la paix, résisté à son arrestation et agressé un policier.

À l'époque, Mme Rao soutenait qu'elle avait tenté de montrer aux policiers les factures pour les produits qu'elle avait placés dans la poussette. Elle soutenait aussi avoir accepté de les laisser fouiller son sac à main et la poussette.

Dans une vidéo de l'incident, captée par un téléphone cellulaire, on voit les policiers lutter au sol contre Mme Rao, qui résiste.

Elle a subi une fracture du poignet et une commotion cérébrale dans l'altercation, c'est pourquoi l'Équipe d'intervention en cas d'incident grave a ouvert une enquête.

Avec les informations de CBC et de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.