•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Affaire Gerda Munsinger : premier scandale à caractère politico-sexuel au pays

Gerda Munsinger en robe de soirée.

En 1966, d'anciens ministres conservateurs sont accusés d'avoir mis en jeu la sécurité du pays en ayant une liaison avec Gerda Munsinger, une Allemande soupçonnée d'espionnage.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En mars 1966, une histoire de mœurs et d'espionnage ébranle le gouvernement canadien. Certains anciens ministres conservateurs du gouvernement Diefenbaker auraient fréquenté, vers 1959, Gerda Munsinger, une Allemande soupçonnée d'espionnage. L'affaire Munsinger demeure le plus important scandale politico-sexuel qui ait ébranlé le Canada.

De la fin des années 1950 et au début des années 1960, le ministre adjoint à la Défense nationale Pierre Sevigny entretient une relation avec Gerda Munsinger, une immigrante allemande.

Les services secrets de la GRC informent alors le ministre de la Justice Davie Fulton que Gerda Munsinger serait en réalité une prostituée qui espionnerait pour le compte des Russes.

Davie Fulton met en garde le premier ministre de l’époque John Diefenbaker que cette liaison constitue un risque pour la sécurité nationale. Sévigny est contraint de couper les liens avec Munsinger qui retourne en Allemagne.

Le gouvernement de Diefenbaker croit le dossier clos, mais l’histoire refait surface au parlement en 1966, au moment où les conservateurs forment l’opposition.

Le 6 mars de cette année-là, le nouveau ministre libéral de la Justice, Lucien Cardin, est excédé par les moqueries de l’opposition conservatrice en regard des failles dans la sécurité du pays. Il répond aux railleries en lançant le nom de Munsinger et en dévoilant l’histoire au grand jour.

Il n’en faut pas plus pour que la presse s’empare de ce scandale politico-sexuel, qui alimentera les médias durant plusieurs semaines.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 11 mars 1966

Le 11 mars 1966, entouré de sa femme et de sa fille, l'ancien ministre Pierre Sévigny se démène en conférence de presse pour démentir les accusations. Il affirme ne pas avoir fréquenté Gerda Munsinger assidûment. S'il a des excuses et des explications à donner, c'est à sa femme et à sa famille, et à personne d'autre.

Ce que j’avais quasi oublié, ce qui est tout au plus qu’un très vague souvenir, est devenu un incident international et ceci en raison de l’attaque vicieuse, poltronne, malicieuse, d’un petit politicailleur de bas étage.

Pierre Sévigny, ex-ministre adjoint à la Défense nationale

Le 15 mars 1966 est diffusée l’émission L’Affaire Munsinger animée par Jean-Paul Nolet et Lizette Gervais. Y est présentée une entrevue du journaliste de la CBC, Norman Depoe, avec Gerda Munsinger.

Le correspondant à Londres Raymond Grenier mène ensuite une entrevue avec le journaliste du Toronto Daily Star, Robert Reguly, qui a retrouvé Mme Munsinger à Munich.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

L’Affaire Munsinger, 15 mars 1966

Dans cette entrevue en anglais, elle nie avoir été espionne pour les Russes. Cette histoire est un affreux malentendu et un tissu de mensonges, affirme l'Allemande.

Gerda Munsinger ne nie cependant pas avoir eu des relations étroites avec Pierre Sévigny. Elle affirme également connaître George Hees, ancien ministre conservateur, et avoir vu de loin Diefenbaker lors d’une soirée. Je n'ai rien fait de mal, lance-t-elle.

En septembre 1966, le juge Wishart F. Spence dépose le Rapport de la Commission d'enquête sur certaines questions relatives à la dénommée Gerda Munsinger. Le juge conclut qu'il n'y a eu aucun risque majeur pour la sécurité de l'État dans cette histoire de mœurs, puisqu’aucune preuve d'atteinte à la sécurité n'a été découverte.

Le juge Spence n'excuse pas pour autant John Diefenbaker. Il critiquera son indulgence face au ministre Sévigny.

L'année après le scandale de 1966, Pierre Sévigny devient professeur de finances à l'Université Concordia, où il enseignera jusqu'à sa mort, le 20 mars 2004.

L’affaire est restée assez longtemps sur la sellette pour faire naître l’expression être une Gerda, qui signifie être une fille facile et une intrigante.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.