•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virage virtuel pour le festival néo-écossais Celtic Colours

l'entrée de Chéticamp au Cap-Breton.

À Chéticamp, des activités communautaires sont normalement organisées pendant le festival Celtic Colours.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’édition 2020 du festival néo-écossais Celtic Colours sera entièrement virtuelle, compte tenu de la pandémie de la COVID-19. Les festivaliers peuvent donc y participer en ligne. Il s’agit d’un coup dur pour l’industrie touristique du Cap-Breton.

Chaque année, ce festival automnal débute le vendredi de la fin de semaine de l’Action de grâce et attire les touristes avec ses concerts un peu partout à travers les communautés de l’île.

À Chéticamp et comme dans plusieurs communautés du Cap-Breton, des activités sont normalement organisées tous les jours pendant le festival.

Ateliers de cuillères, ateliers de danse, musique dans les restaurants. Tout ça n’aura toutefois pas lieu cette année.

Le centre culturel Les trois Pignons.

La Société Saint-Pierre est une société historique qui a pour mandat de développer la communauté acadienne et francophone. (Archive de 2015.)

Photo : Radio-Canada / Daniel Aucoin

La directrice de la Société Saint-Pierre située à Chéticamp, Lisette Aucoin-Bourgeois, affirme que depuis quelques années, la saison touristique ne se terminait pas en août. On voyait que les gens voyageaient [en] septembre, et jusqu’au mois d’octobre, dit-elle.

En partie en raison du festival, les mois de septembre et octobre étaient parfois aussi bons que la saison estivale.

Cela n’a pas été le cas pour 2020. Au bureau d’information touristique, on gère aussi un musée puis nos chiffres sont à peu près 80 % de moins, dit Lisette Aucoin-Bourgeois, qui n’est toutefois pas surprise.

L’annulation de la visite de 150 autobus au musée a aussi fait chuter le revenu total d’environ 25 % cet été. On ne s’attendait pas à une meilleure saison à l’automne.

Promouvoir le Cap-Breton

La déception est grande non seulement dans le secteur touristique, mais également chez les artistes qui participent régulièrement au festival.

Une photo des couleurs d'automne le long de la piste Cabot, au Cap-Breton.

Le Cap-Breton est prisé pour la beauté de ses paysages et les couleurs d'automne attirent normalement de nombreux touristes.

Photo : CBC/Elizabeth McMillan

C’est vraiment dommage, affirme la musicienne Hilda Chiasson, qui estime toutefois que ces nouvelles mesures sont nécessaires pour la sécurité de tous.

Comme l’événement est de portée internationale, plusieurs musiciens et voyageurs se retrouvaient au Cap-Breton chaque année.

On ne peut pas avoir les gens internationaux pour venir jouer la musique nécessairement , dit la musicienne qui sera en concert virtuel vendredi.

« Il était peu probable d’aller de l’avant avec notre festival traditionnel, où des milliers de locaux et visiteurs internationaux se rassemblent dans de nombreuses petites salles à travers l’île du Cap-Breton. »

— Une citation de  Mike MacSween, directeur du festival international Celtic Colours

Hilda Chiasson croit que ce contretemps fera réaliser à plusieurs, l’importance qu’a ce festival pour la région du Cap-Breton.

Pour les organisateurs du festival, une version en ligne est toutefois mieux qu’une annulation complète de l’événement.

Une des raisons pour laquelle nous avons décidé de rendre ce festival virtuel, c’est pour pouvoir continuer à promouvoir le Cap-Breton, explique Mike MacSween, le directeur de Celtic Colours.

Il espère qu’un jour, la COVID-19 ne sera qu’un lointain souvenir.

Mike MacSween, directeur du festival international de la Nouvelle-Écosse Celtic Colours.

Mike MacSween, directeur du festival international Celtic Colours.

Photo : Radio-Canada

Et, plus tôt que tard, ajoute-t-il, lui qui voudrait bien fêter en grand, les 25 ans du festival en 2021.

D’après le reportage de Paul Légère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !