•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un deuxième ministre contredit Legault à propos de l'Internet en régions

Après la ministre responsable du développement économique régional, mardi, c’est au tour du ministre de l’Économie de reconnaître que la promesse électorale de la CAQ ne sera pas tenue.

Le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d'une période de questions à l'Assemblée nationale.

Le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d'une période de questions à l'Assemblée nationale.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

« Je comprends très bien la frustration des Québécois d’avoir un manque de branchement et je pense que c’est justifié », a déclaré le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, à l’Assemblée nationale, mercredi.

M. Fitzgibbon a expliqué qu’au moins 100 000 des 340 000 foyers à brancher n'auront toujours pas accès à l’Internet haute vitesse à l'été 2022, à la veille de la fin de mandat du gouvernement.

On va tout faire, pour convaincre les compagnies de télécommunications d'y arriver, mais on ne peut pas le promettre aujourd'hui, a dit le ministre.

Mardi, la ministre responsable du développement économique régional Marie-Eve Proulx avait reconnu que les projets ne seront pas tous achevés en 2022, mais plutôt que tous les Québécois connaitrons à ce moment la date de leur branchement.

Des documents de la CAQ, obtenus par Radio-Canada, révélaient mercredi que le parti au pouvoir sait depuis un an qu’il ne sera pas en mesure de respecter son engagement.

Document interne du gouvernement, daté du 4 février 2020 qui révèle que la promesse ne sera pas tenue.

Document interne du gouvernement, daté du 4 février 2020 qui révèle que la promesse ne sera pas tenue.

Photo : Radio-Canada

Pourtant, le premier ministre François Legault et son bureau ont martelé, mardi, que la promesse électorale sera tenue dans les délais, grâce à une collaboration espérée de la part des entreprises de télécommunications.

Selon le Parti libéral du Québec, François Legault a fait le mauvais choix en ne disant pas la vérité aux Québécois.

Le lien de confiance est brisé.

Dominique Anglade, cheffe de l'opposition officielle

Ce que je demande à François Legault, c'est d'être transparent avec les maires et les mairesses du Québec et tous les Québécois. De mettre cartes sur table, dit la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade.

Cette promesse brisée va laisser un goût amer aux milliers de Québécois qui sont contraints depuis des mois à faire du télétravail avec une mauvaise connexion Internet.

Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire de Québec solidaire

La CAQ rejette la faute des retards sur le Parti libéral

Face aux critiques, notamment libérales, la CAQ a exhumé la plateforme électorale du PLQ de 2003, qui promettait l'accès à tous les Québécois dès leur premier mandat.

Dans le précédent gouvernement libéral, la cheffe de l’opposition officielle était ministre de l’Économie, elle était responsable du dossier, elle était vice-première ministre et elle n’a pas réussi à faire bouger le dossier.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Entre 2016 et 2018, le gouvernement Couillard n’avait branché aucun Québécois à l'Internet haute vitesse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !