•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un député autochtone refuse de se lever pendant l’hymne national à Queen’s Park

Un homme avec des lunettes

Sol Mamakwa restera assis pendant les hymnes à l'Assemblée législative de l'Ontario tant que les Autochtones ne seront pas traités équitablement. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Le député néo-démocrate de Kiiwetinoong, Sol Mamakwa, a choisi de rester assis jusqu’à nouvel ordre pendant l’hymne national et l’hymne royal pour attirer l’attention sur les nombreuses crises qui touchent les Premières Nations en Ontario.

M. Mamakwa précise qu’il se lèvera de nouveau pendant les hymnes lorsque les traités signés avec les peuples autochtones seront respectés.

Tant que les peuples autochtones ne seront pas traités équitablement, tant que nos enfants n’auront pas droit à l’éducation, à l’eau potable et à un logement sûr, je ne me lèverai pas.

Sol Mamakwa, député provincial de Kiiwetinoong

Nous voulons juste des écoles, a-t-il dit. Nous voulons juste un meilleur système de santé. Nous voulons juste un système de justice.

Sol Mamakwa, qui est de membre la Première Nation de Kingfisher Lake, refusait déjà de chanter l'hymne royal God Save the Queen, chanté chaque premier lundi du mois depuis février.

Je ne fais pas cela pour manquer de respect au système ontarien, je ne fais pas cela pour manquer de respect au gouvernement en place, mais je m’assois pendant les deux hymnes pour honorer mes ancêtres qui ont signé les traités avec la Couronne.

Sol Mamawka, député provincial de Kiiwetinoong

Lui et deux autres députés néo-démocrates, Guy Bourgoin et Suze Morrison, avaient décidé d'attendre que le chant de l'hymne royal soit terminé avant d'entrer en Chambre.

La circonscription de Kiiwetinoong, dans le Nord-Ouest de la province, inclut plusieurs communautés autochtones isolées aux prises avec des problèmes de logement, d’accès aux soins de santé ou d’eau potable.

Circonscription ontarienne de Kiiwetinoong.

La circonscription provinciale de Kiiwetinoong, créée en 2018, compte une majorité d'Autochtones.

Photo : Élections Ontario

Ces problèmes sont accentués depuis le début de la pandémie, et plusieurs leaders autochtones, dont la chef régionale ontarienne de l’Assemblée des Premières Nations, Roseanne Archibald, avaient demandé au printemps plus de soutien de la part des gouvernements.

Le retour en classe cet automne est un casse-tête, notamment car les Premières Nations ne peuvent pas offrir la même qualité d’apprentissage en ligne, faute de connexion internet rapide et stable.

Ces communautés ont multiplié les appels aux gouvernements pour plus de financement pour assurer une rentrée sécuritaire.

Du jamais vu à Queen's Park

Selon le professeur de sciences politiques à l'Université McMaster Peter Graefe, M. Mamakwa serait le premier député ontarien à rester assis pendant l'hymne national à Queen's Park.

Geneviève Tellier, professeure à l'Université d'Ottawa, n'a pas non plus souvenir que cela ce soit produit auparavant.

M. Graefe rappelle que lors de la dernière élection fédérale, le Parti libéral du Canada avait fait circuler une vidéo montrant Andrew Scheer assis alors que les autres députés chantaient l’hymne national, après que la version anglaise ait été modifiée pour rendre l'hymne plus neutre en ce qui a trait au genre.

Évidemment, il y a une bonne chance que le parti progressite-conservateur va utiliser ce geste pour mettre en doute la fibre nationaliste du NPD, souligne le politicologue.

Il estime que dans certains cas, un tel geste pourrait entraîner l'expulsion d'un député en dehors du caucus de son parti.

Du fait que la décision [de Sol Mamakwa] cadre bien avec la manière de penser le vivre-ensemble entre les peuples autochtones et l’État canadien/ontarien qu’on retrouve au sein du NPD, je ne pense pas qu’il y aura des conséquences, précise M. Graefe.

Le chef du NPD de l’Ontario, Andrea Horwath, a par ailleurs félicité Sol Mamakwa sur Twitter pour sa bravoure dans son combat pour l’équité et la justice.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !