•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l’Environnement met fin aux activités de G & R Recyclage de Kanesatake

L’autorisation ministérielle a été délivrée à l’entreprise en 2015.

Vue aérienne d'un ruisseau.

Une pellicule noire s'est répandue en août dernier dans le cours d'eau Gratton, qui se déverse dans un cours d'eau menant au lac des Deux Montagnes. Les images fournies par les municipalités d'Oka et de Saint-Placide ont été prises à la jonction des deux cours d'eau.

Photo : Courtoisie / villes d'Oka et de Saint-Placide

Radio-Canada

Après enquêtes, ordonnances et poursuite pénale, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a décidé de révoquer l’autorisation ministérielle à l’entreprise G & R Recyclage de Kanesatake.

Cette entreprise exploitait le centre de tri situé sur la portion du territoire de Kanesatake qui s’étend jusqu’au rang Saint-Jean, entre les municipalités d’Oka et de Saint-Placide, dans les Laurentides.

Le ministère lui avait envoyé un préavis de révocation le 28 août dernier.

Désormais, les activités de l’entreprise sont interdites et aucun matériau ne doit être acheminé sur le site .

Le ministère rappelle que de nombreuses interventions ont eu lieu ces dernières années pour que l’entreprise se conforme à la loi. Cependant, le ministère a constaté que G & R Recyclage n’exploite toujours pas son site en conformité avec la Loi sur la qualité de l’environnement.

Dans son communiqué, le ministère a énuméré les actions entreprises à l’endroit du gestionnaire de centre de tri, notamment une sanction administrative de 2500 $ et une enquête aux fins de poursuites pénales.

Liquide noir

En août dernier, les citoyens et les municipalités d’Oka et de Saint-Placide ont constaté le déversement d’un liquide noir à l’odeur nauséabonde dans le lac des Deux-Montagnes.

Selon la municipalité de Saint-Placide, il s’agissait de lixiviat (résidus liquide de déchets), découlant des activités de l’entreprise mohawk G & R recyclage.

En 2018, de nombreux citoyens s’étaient plaints des montagnes de rebuts générés par les activités de l’entreprise.

De son côté, le Conseil mohawk de Kanesatake avait indiqué à l’époque avoir discuté avec l’un des propriétaires de l’entreprise pour s’assurer de bloquer ou de contenir le déversement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !