•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bulle atlantique n'ouvrira pas de sitôt

Des voitures font la file à un point de contrôle routier et des agents en dossards jaunes leur pose des questions.

Les ordonnances d'isolement strictes mises en œuvre dans les quatre provinces de l'Atlantique sont reconnues par les experts comme étant la recette de leur succès pour freiner la transmission communautaire du virus (archives).

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Radio-Canada

Les contrôles instaurés aux frontières des provinces de l’Atlantique en mars dernier ne sont pas près d’être levés.

Les autorités des quatre provinces les plus à l’est du Canada ont pris la parole mardi pour faire le point sur la COVID-19, alors que le nombre de cas continue de grimper ailleurs au pays. Toutes ont indiqué une intention de maintenir les restrictions frontalières aussi longtemps que nécessaire.

Pas de réouverture prévue

En Nouvelle-Écosse, le premier ministre Stephen McNeil a déclaré que la bulle atlantique ne s'ouvrira pas au reste du Canada de sitôt, mais n'a pas offert d'échéancier. M. McNeil, se disant préoccupé par ce qui se passe ailleurs au Canada, a simplement indiqué que ce n'était pas une avenue envisagée à court terme.

Le premier ministre assis à une table, avec son nom écrit devant lui, devant des drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Le premier ministre Stephen McNeil remercié les citoyens d'avoir aidé la province à maintenir un faible nombre de cas, mardi (archives).

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

La médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard, la Dre Heather Morrison, a quant à elle avancé qu’il faudra s’attendre à ce que les contrôles soient encore en place à Noël.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a plutôt évoqué la possibilité de resserrer encore davantage la bulle régionale avec la municipalité de Pointe-à-la-Croix et la communauté de Listuguj, en Gaspésie.

Blaine Higgs, le 6 octobre 2020.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, n'entrevoit pas d'ouverture de la bulle atlantique à court terme.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

À Terre-Neuve-et-Labrador, la question des contrôles frontaliers n’a pas été abordée directement, mais le ministre de la Santé, le Dr John Haggie, a vanté les mérites de la bulle atlantique pour son efficacité à limiter la propagation du virus.

Les frontières, des mesures importantes pour limiter la transmission communautaire

Mardi, le Québec dénombrait 1364 nouveaux cas de COVID-19 et l’Ontario en signalait 584. Pendant ce temps, dans les provinces atlantiques, seul le Nouveau-Brunswick faisait état d’une progression du virus, en annonçant la découverte de deux cas de la maladie dans un foyer de soins de Moncton.

Pour la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, l’introduction du virus dans un établissement pour aînés à ce stade de la pandémie n'est pas surprenante et devrait servir d’appel à la vigilance.

La Dre Jennifer Russell, le 6 octobre 2020.

La Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, s'est dite inquiète du nombre de cas de COVID-19 qui augmente ailleurs au Canada.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Les autorités des trois autres provinces ont elles aussi tenu à prévenir les citoyens qu’ils ne pouvaient pas se reposer sur leurs lauriers, puisque la situation peut évoluer rapidement et devenir difficile à contrôler si le nombre de cas explose.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, a souligné que la situation actuelle dans des provinces comme le Québec et l'Ontario démontrait la nécessité de ne pas se montrer complaisants et de conserver les mesures à la frontière obligeant les visiteurs de l'extérieur à s'isoler pendant deux semaines.

Robert Strang devant des drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Le Dr Strang a affirmé mardi que les restrictions aux frontières demeuraient importantes (archives).

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Nous avons vu la valeur de cela au cours des derniers mois. La plupart de nos cas ont été isolés et grâce à cela, nous avons eu une propagation minimale de ces cas, a expliqué le Dr Strang.

Nous ne voulons pas que cela [une explosion de cas comme au Québec et en Ontario, NDLR] se produise ici et si vous pensez que ce n'est pas possible, détrompez-vous, a ajouté le premier ministre Stephen McNeil.

La bulle atlantique est parfois appelée la Nouvelle-Zélande de l'hémisphère nord, a pour sa part déclaré le Dr Haggie, en référence au fait que ce pays de l’Océanie parvient à maintenir à un faible niveau les cas de COVID-19 et les décès. Bien que ce soit un grand compliment pour tout le monde, je pense que nous devrions le prendre avec une pointe de prudence, parce que nous ne pouvons pas laisser la complaisance s'installer, a-t-il nuancé.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !