•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faudrait 30 M$ pour loger les sans-abri de Vancouver, selon le maire

Kennedy Stewart dans la cour de l'Hôtel de ville de Vancouver.

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, compte sur le soutien de Victoria et Ottawa pour créer plus de logements sociaux dans sa ville.

Photo : Maggie MacPherson / CBC

Radio-Canada

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, recommande un fonds d'urgence COVID-19 de 30 millions de dollars pour loger les sans-abri tout en les gardant connectés aux services sociaux intégrés.

Ce fonds servira à louer et à acquérir des logements dans des appartements vacants, des hôtels et des chambres à occupation simple. La Ville prévoit également connecter les différents services sociaux afin de mieux aider les résidents à s'adapter.

Nous devons avoir le courage et la conviction d'agir rapidement et d'aider nos voisins les plus vulnérables à sortir de la rue avec un logement sûr et des services complets en place pour stabiliser leur vie.

Kennedy Stewart, maire de Vancouver

Cette décision intervient après qu'un rapport détaillé du personnel municipal a suggéré que la location ou l'achat d'un logement constitue la seule option viable pour répondre rapidement aux besoins des sans-abri.

Le maire de Vancouver affirme travailler depuis longtemps avec les gouvernements provincial et fédéral pour qu’ils investissent des millions de dollars dans le logement dans sa ville et que la pandémie de la COVID-19 a rendu la situation encore plus pressante.

Nous avons des centaines de voisins dans la rue ou dans les parcs. Ils ont besoin de logements et de services complémentaires et nos communautés ont besoin de soutien.

Kennedy Stewart, maire de Vancouver

L'urgence exarcerbée par la pandémie

Selon lui, la pandémie a amplifié les problèmes pour les personnes vulnérables et a augmenté le risque d'être itinérant. Parallèlement, les refuges et les services d'urgence ont été contraints de réduire leurs services pour freiner la propagation du coronavirus.

Afin de parvenir à offrir un toit à ses concitoyens qui n'ont pas de domicile fixe, Kennedy Stewart prévoit puiser dans de nouvelles sources de financement du logement d'urgence d'Ottawa. Il rappelle que la province avait lancé la promesse de livrer 1500 logements sociaux à Vancouver. Par ailleurs, il est important pour le maire Stewart de loger les sans-abri avant que le froid ne frappe.

Une femme assise au parc Oppenheimer à Vancouver.

Une femme assise au parc Oppenheimer à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

L'itinérance, entre colère et compassion

Le village de tentes du parc Oppenheimer a été déplacé sur un terrain près du parc Crab en juin. Lorsque ce campement a été démantelé par la police, des dizaines de sans-abri se sont installés au parc Strathcona, suscitant un tollé des habitants du quartier pour que la ville intervienne.

Quelle que soit la ligne de conduite que nous prenons, nous devons tous nous rappeler que la seule façon d'aider les personnes qui traversent des moments plus difficiles est d'être compatissant et généreux, a déclaré le maire Stewart dans un communiqué en septembre.

Des logements d'urgence temporaires

Depuis le printemps, la Ville acquiert de nouveaux logements destinés à servir d'abris d'urgence. La conseillère municipale, Jean Swanson, soutient depuis longtemps cette option : L'hiver arrive. [Les hôtels sont] vides. Si nous y mettions des gens, nous aiderions non seulement les sans-abri, mais nous aiderions les propriétaires d'hôtels.

Selon les données de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, seulement 0,5 % des 1,46 milliard de dollars alloués par l'entremise du Fonds national de co-investissement pour le logement est allé à des projets de logement abordable en Colombie-Britannique entre 2018 et février 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !