•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des patients atteints de la COVID-19 pourront être hospitalisés à Sept-Îles

L'hôpital de Sept-Îles.

L'hôpital de Sept-Îles sera bientôt en mesure d'accueillir des patients atteints de la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / Evelyne Côté

Radio-Canada

Des lits destinés aux patients qui doivent soigner des symptômes de la COVID-19, des tests de dépistage obligatoires avant d'entrer en région éloignée et des déplacements limités, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a fait plusieurs annonces importantes en lien avec la pandémie lors d'un point de presse mardi.

Dès le 12 octobre, cinq lits seront réservés à l'hôpital de Sept-Îles pour l’hospitalisation de patients atteints de la COVID-19.

Seuls les patients ne nécessitant pas d’intubation ni de soins intensifs pourront occuper ces lits.

Jusqu’à maintenant les Nord-Côtiers qui devaient être hospitalisés pour soigner les symptômes du SRAS-CoV-2 étaient automatiquement transférés à Québec ou à Chicoutimi.

Pas de lits à Baie-Comeau

Cette mesure découle d’une demande du gouvernement qui stipulait également que des lits soient prêts à Baie-Comeau.

Le CISSS ne pourra cependant pas honorer la requête et les patients devant être hospitalisés dans les environs devront toujours être transférés dans une autre région, indique que le président-directeur général par intérim du CISSS de la Côte-Nord, Claude Lévesque.

Pour être capable de traiter des patients avec des problèmes de nature respiratoire, souvent, la spécialité qui est la plus visée est la médecine interne et à Baie-Comeau actuellement, j’ai deux médecins sur quatre sur mon plan d’effectif en médecine interne, donc on exposerait des patients à des risques significatifs, ce qui fait en sorte que le Ministère a accepté de surseoir à la décision, explique M. Lévesque.

Des tests de dépistage pour entrer dans les régions éloignées

Toute personne désirant se rendre en Basse-Côte-Nord, à Anticosti ou dans la MRC de Caniapiscau pourrait être obligée de passer un test de dépistage de la COVID-19.

Le CISSS de la Côte-Nord travaille sur cette mesure qui fait partie du plan spécial pour les résidents en régions éloignées présenté vendredi dernier au ministère de la Santé.

Pour l’instant, l’option d’effectuer un test à l’arrivée dans les régions éloignées est privilégiée.

D’autres modes de fonctionnement existent cependant. Au Québec, les résidents du Nunavik doivent passer un test de dépistage avant de prendre l’avion vers le Nord.

Afin de ne pas engorger les centres de dépistage déjà très achalandés dans les grands centres, le CISSS de la Côte-Nord privilégie un dépistage dans la région.

Dès l’arrivée sur le territoire, on reçoit de l’aéroport ou du traversier une consigne qui dit : vous devez vous présenter au centre de santé pour un dépistage. Le travailleur devra attendre son résultat négatif, explique M. Lévesque.

À la suite de ce test, les arrivants devront se mettre en quarantaine pendant sept jours puis passer un second test.

Toutefois, si la personne testée est un travailleur de la santé et qu’il y a un bris de service en son absence, des règles de mise en quarantaine pourraient être différentes, précise le CISSS.

Limiter les déplacements

Le CISSS de la Côte-Nord demande aux étudiants nord-côtiers qui sont présentement dans des zones rouges pour leurs études de ne pas venir dans la région pendant le congé scolaire.

Seuls les déplacements jugés essentiels devraient avoir lieu indique le docteur Richard Fachehoun, médecin spécialiste en santé publique au CISSS de la Côte-Nord.

Quand on parle de déplacement essentiel, on parle du travail, du transport de marchandises ou la garde partagée par exemple. Les personnes qui habitent en zone rouge ou orange, notamment les étudiants qui sont à l’extérieur de la Côte-Nord, doivent svp éviter de se déplacer vers une autre région, demande le docteur.

Le CISSS insiste également sur le fait que les parents qui ont des enfants à l’extérieur de la région ne devraient pas les visiter pour limiter la propagation du virus.

Bilan du jour

Le bilan de COVID-19 demeure stable sur la Côte-Nord mardi.

Avec les cinq cas annoncés dans la MRC de Sept-Rivières depuis samedi, 157 Nord-Côtiers ont été infectés par le virus depuis le début de la pandémie.

Nombre de cas par MRC

  • Basse-Côte-Nord* : 0
  • Caniapiscau : 6
  • Haute-Côte-Nord : 3
  • Manicouagan : 29
  • Minganie : 8
  • Sept-Rivières : 111 (+2)
  • Total : 157

* MRC du Golfe-du-Saint-Laurent

Source: CISSS de la Côte-Nord

Avec 149 personnes guéries de la maladie dans la région et un décès, sept cas demeurent actifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !