•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le discours du Trône est adopté

Un écran projette aux Communes la vidéo du premier ministre.

Justin Trudeau a voté à distance, mardi soir.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Comme prévu, le soutien du NPD a permis au gouvernement Trudeau de gagner un important vote de confiance, mardi soir.

Le discours du Trône a été adopté par une majorité de parlementaires. Au final, 177 députés se sont prononcés pour; 152 s'y sont opposés. Certains ont voté sur place; d'autres l'ont fait à distance en raison de la pandémie de COVID-19, ce qui a considérablement ralenti le processus.

C’est la gouverneure générale Julie Payette qui a présenté le discours du Trône à Ottawa, le 23 septembre dernier, lançant ainsi la deuxième session parlementaire de la 43e législature fédérale.

Ce moment fort de la démocratie canadienne avait été rendu nécessaire par la prorogation du Parlement par le premier ministre le 18 août.

Justin Trudeau, qui porte un couvre-visage, écoute le discours du Trône lu par Julie Payette.

La gouverneure générale Julie Payette lisant le discours du Trône du gouvernement de Justin Trudeau, au Sénat, le 23 septembre 2020, à Ottawa.

Photo : Reuters / PATRICK DOYLE

Le discours du Trône étant un vote de confiance, son rejet aurait pu, en théorie, faire tomber le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau. Mais dans les faits, il n'y avait que peu de suspense.

Après avoir conclu une entente avec les libéraux, le chef du NPD, Jagmeet Singh, avait déjà annoncé le 25 septembre que son parti voterait en faveur du discours du Trône. En échange, les libéraux accepteraient d’amender un projet de loi pour élargir l’accès à des congés de maladie payés.

Jagmeet Singh, debout, aux Communes.

Jagmeet Singh s'est levé mardi soir pour appuyer le discours du Trône du gouvernement Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

À l’inverse, les trois autres formations politiques représentées à la Chambre des Communes avaient indiqué au cours des dernières semaines qu'elles voteraient contre le discours du Trône. Elles ont tenu parole.

Le Parti conservateur avait fait connaître sa position dès le 23 septembre, estimant que le discours du Trône n’augurait rien de bon pour le déficit à venir du gouvernement fédéral.

Le Bloc québécois, de son côté, avait donné une semaine au gouvernement Trudeau pour répondre positivement aux demandes des provinces de hausser fortement les transferts en santé. Les libéraux ont fait fi de cet ultimatum.

Quant à la nouvelle cheffe du Parti vert, Annamie Paul, elle avait indiqué mardi matin que les trois députés de sa formation voteraient contre le discours du Trône, affirmant qu’elle l’aurait peut-être appuyé s’il avait prévu l’implantation d’un revenu de base garanti.

La nouvelle cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul.

La nouvelle cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul, n'a pas pu voter mardi soir, puisqu'elle ne siège pas à la Chambre des communes.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Enfin, les députés indépendants Marwan Tabbara et Jody Wilson-Raybould ont voté en faveur du discours du Trône.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !