•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bulle à l'hôtel pour les Remparts?

20201003180745vin9969

Premier match de la saison des Remparts, le 3 octobre 2020

Photo : Radio-Canada / Guillaume Capovilla

Déçu de voir les activités de son équipe perturbées par la zone rouge, Patrick Roy passe en mode solution. Le scénario d’isoler les joueurs et entraîneurs des Remparts dans un hôtel est notamment évoqué, mais l’entraîneur-chef prêche surtout la patience et un dialogue avec la santé publique.

Pour le moment, pour nous, c’est de se concentrer sur un jour à la fois. Pratiquer aujourd’hui, demain et jeudi, et on verra ce qui va arriver, a lancé Patrick Roy, mardi, en conférence de presse au Centre Vidéotron.

C’est que la décision du gouvernement d’interdire les sports collectifs en zone rouge, jumelée à un premier cas de COVID-19 (Nouvelle fenêtre) parmi les joueurs de la Ligue de hockey junior majeure du Québec, vient sérieusement compromettre le début de saison des Diables rouges. L'équipe a disputé ses deux premiers matchs de la saison, samedi et dimanche.

Ce qui est important, c’est la sécurité de tout un chacun. Tous les efforts ont été faits depuis le début du camp, donc c’est sûr qu’il va y avoir une certaine déception si on ne peut pas jouer, mais on était conscient que ça pouvait arriver à un moment donné , a admis Roy.

Portrait de Patrick Roy, entraîneur-chef des Remparts de Québec.

Patrick Roy, entraîneur-chef des Remparts de Québec

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

En théorie, les Remparts et l’Armada de Blainville-Boisbriand, les deux équipes actuellement en zone rouge, ne pourront jouer au moins jusqu’au 28 octobre. Mais les Remparts et la LHJMQ sont en dialogue avec la santé publique afin de déterminer si une bulle plus étanche pourrait permettre à l’équipe de jouer.

S’entendre avec la santé publique

Pour le moment, les joueurs demeurent au Centre Vidéotron pour le hockey et leur travail scolaire, mais vivent dans différentes familles de pension. Patrick Roy dit avoir discuté avec le président de l’équipe, Jacques Tanguay, de la possibilité de sortir les joueurs de leurs pensions et les confiner à l’hôtel pour le prochain mois. Un investissement que l’organisation est prête à faire, selon l'ex-gardien de but.

La bulle dans laquelle les joueurs de la LNH ont été à l’hôtel durant longtemps, ça a démontré que ça fonctionne , a-t-il pointé avant de préciser que son avis sur la question importe peu.

Je ne commencerai pas à jouer au docteur. Nous, ce qui est important, c’est de trouver des solutions avec lesquelles la santé publique est confortable.

Une citation de :Patrick Roy

Même si cela signifie seulement pouvoir pratiquer pour les prochaines semaines. On parle de six matchs d’ici la fin du mois qui devraient être repris, relativise le membre du Temple de la renommée du hockey.

Des joueurs dans le brouillard

Quant à ses joueurs, ils se croisaient surtout les doigts, mardi, pour que la pause ne s’étire pas plus loin que le 28 octobre.

On essaie de rester positif, mais c’est un peu difficile. On ne sait pas toujours ce qui se passe, a admis le vétéran attaquant Cole Cormier.

C’est plate qu’avec tous les sacrifices qu’on a faits et ce qu’on a mis en place pour éviter la COVID, on ne soit pas récompensé. Maintenant, on va attendre de voir ce qui arrive. On n'a pas le choix et on est tous dans la même situation, a ajouté son coéquipier Théo Rochette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !