•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec 1364 nouveaux cas de COVID-19, Dubé s'inquiète de l'accélération de l'épidémie

Christian Dubé marche dans un corridor de l'Assemblée nationale avec une employée.

Le ministre de la Santé Christian Dubé à l'Assemblée nationale, le 6 octobre 2020

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec recense mardi 1364 nouveaux cas de COVID-19, pour un nombre total de personnes infectées de 81 014. Des chiffres « assez difficiles », selon le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui appelle la population à rester à la maison.

Il s'agit de la cinquième journée de suite où la santé publique compte plus de 1000 nouveaux cas de contamination depuis le début de la deuxième vague.

Et, exception faite du 3 mai, date à laquelle le gouvernement a effectué une correction importante dans les statistiques sur la COVID-19 en ajoutant plus de 1000 cas au bilan de la journée, les hausses déclarées depuis la semaine dernière sont plus importantes que celles présentées par l'État au pire du confinement printanier, en pleine première vague.

Les chiffres d’aujourd’hui et les chiffres de demain, ce sont les résultats des dix derniers jours. Si c’est encore plus mauvais demain et après-demain, [ce sera en raison de] ce qu’on a vu aux tams-tams il y a quelques jours. C’est ça qu’il faut comprendre, a lancé le ministre de la Santé en conférence de presse mardi.

Quelle situation on veut avoir dans dix jours? C’est aujourd’hui que ça se décide. [...] On a encore la chance de la casser la vague.

Christian Dubé, ministre de la Santé

Il faut cependant préciser que la santé publique effectue deux à trois fois plus de tests de dépistage par jour qu'au printemps, ce qui peut en partie expliquer le plus grand nombre de cas recensés.

Ainsi, au 4 octobre, Québec a analysé 20 339 prélèvements, pour un total de plus de 2 500 000 tests effectués depuis le début de la crise.

Le ministre s'est défendu d'être à la traîne par rapport aux statistiques. On a pris des décisions très difficiles rapidement. On l’a montré cette semaine [...]. On s’assure qu’on reste en avant de la parade.

Et vu la sévérité et la vitesse avec laquelle cette deuxième vague frappe, je suis content qu’on soit prêts. Mais on ne peut pas contrôler la manière dont les gens réagissent aux mesures.

Christian Dubé, ministre de la Santé
COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Hausse inquiétante des décès et des hospitalisations

Par ailleurs, l'annonce d'aujourd'hui fait état de trois décès survenus dans les dernières 24 heures, auxquels s’ajoutent neuf décès survenus entre le 29 septembre et le 4 octobre, un décès survenu avant le 29 septembre et quatre décès survenus à une date inconnue.

Toutefois, le total s'élève à 5899 en raison du retrait de 2 décès pour lesquels l'enquête a démontré qu'ils n'étaient pas attribuables à la COVID-19.

On dénombre également 397 hospitalisations, soit 36 de plus qu'auparavant. De ce nombre, 67 se trouvent aux soins intensifs, une progression de 5.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gros plan de Christian Dubé.

Christian Dubé a expliqué ce qui l’inquiète en particulier devant ces chiffres : le Québec a recensé 120 décès dus à la COVID-19 depuis le 1er septembre, mais parmi eux, 50 sont survenus dans la dernière semaine. C'est cette accélération qui préoccupe le ministre.

Vous voyez bondir de 10 % les hospitalisations. Plus de 30 aujourd’hui. En une journée. Et plus de 15 décès. Ce n’est plus uniquement de la théorie, là. […] Ce qu’on vous disait qui allait arriver est en train d’arriver.

Christian Dubé, ministre de la Santé

Il va y avoir des opérations de délestage, a indiqué Christian Dubé. Mais on va s’assurer, par exemple, que ce ne sera pas cinq blocs opératoires qui vont être fermés, mais plutôt un, pour tenir compte d’un manque de personnel.

Les hôpitaux sont prêts selon nos prévisions pour le prochain mois, a-t-il cependant assuré. Mais je vous dirais : s’il vous plaît, ne prenez pas ce risque, ne testez pas le système de santé.

Quelque 67 033 personnes sont par ailleurs considérées comme étant rétablies, en hausse de 853.

D'autres secteurs pourraient virer au rouge

La région de Montréal demeure la plus touchée du Québec, avec 35 938 infections. Suivent ensuite les régions avoisinantes.

Quatre régions du Québec sont toujours en zone rouge, avec de sévères restrictions à la clé : Montréal, Québec, une partie de Chaudière-Appalaches et une partie de la Gaspésie. On est déjà à plus de 75 % de notre population qui est dans un niveau d’alerte maximal, a précisé M. Dubé.

Selon lui, d’autres secteurs risquent de passer au rouge dans les prochains jours, il n’a toutefois pas précisé lesquels. Trois facteurs guident ces décisions : le nombre de cas, le nombre d’éclosions et la capacité du système de santé à prendre en charge l'afflux de patients.

En théorie, les restrictions imposées dans les zones rouges, notamment la fermeture des salles à manger et des bars, mais aussi l'annulation des sports d'équipe et le port obligatoire du masque à l'école secondaire, doivent être en vigueur jusqu'au 28 octobre, au minimum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !