•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau refuge pour sans-abris à Edmonton

Un homme couché sur un banc avec des couvertures.

Edmonton veut ouvrir un nouveau refuge pour sans-abris avant l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Radio-Canada

Edmonton annonce l’ouverture d’un nouveau refuge temporaire pour sans-abris. Le maire, Don Iveson, espère que tous les sans-abris de la ville auront ainsi un endroit où dormir d’ici le mois de novembre.

Le nouveau centre sera ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et offrira des programmes de jour, des repas, ainsi que des services de soutien pour le traitement des dépendances et des troubles de santé mentale.

Notre objectif est de faire sortir tous les itinérants de la rue en octobre tout en les aidant à occuper des logements temporaires, puis des logements supervisés à long terme, explique Don Iveson.

Selon lui, le nouveau refuge aidera également à prévenir la propagation de la COVID-19 dans la communauté.

Nous voulons faire cela le plus rapidement possible parce qu’il s’agit de la bonne chose à faire d’un point de vue humanitaire et que l’itinérance et les troubles sociaux nuisent à la relance économique, indique Don Iveson, ajoutant qu'il espérait pouvoir dévoiler le lieu du nouveau refuge d’ici quelques jours.

Des sans-abris réclament des services

Cette annonce survient deux mois après la fermeture du centre EXPO, qui avait été reconverti en refuge temporaire en raison de la pandémie de COVID-19, ce qui laissait quelque 500 itinérants dans la rue.

À Edmonton, on a également vu apparaître deux campements cet été, installés par des sans-abris dans les quartiers Rossdale et Old Strathcona.

Les occupants des campements réclamaient de meilleurs services pour les itinérants et des changements, notamment dans l’attitude des forces de l’ordre à leur endroit.

Effets sur la communauté

Le refuge sera financé par un investissement provincial et fédéral de 8 millions de dollars ainsi que par la Fédération des municipalités canadiennes et l’Association médicale canadienne.

La population d'Edmonton ne paiera pas le refuge avec ses impôts fonciers, assure Don Iveson.

Par ailleurs, la Ville est en pourparlers avec plus d'une vingtaine de propriétaires d’hôtels au sujet de la possibilité de louer ou d’acheter leurs propriétés.

Don Iveson a dit qu'il comprenait que des personnes s’inquiètent de l’arrivée d’un refuge pour sans-abris dans leur quartier.

Si on offre le bon soutien aux gens, l’impact sera cependant beaucoup moins important que les effets de l’itinérance que l'on voit aujourd’hui, dit le maire.

Un plus grand refuge devra mettre en place toutes les mesures nécessaires afin de s’assurer qu’il n’y aura pas de répercussions ingérables sur la collectivité.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !