•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominic Gagnon se dit victime de profilage politique

Dominic Gagnon et d'autres citoyens dans la salle.

Le chef d'Alliance Saguenay a assisté à la séance.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Le chef du parti Alliance Saguenay (AS), Dominic Gagnon, se dit victime de profilage politique de la part de la mairesse Josée Néron.

Le médecin de profession, dont le parti ne détient pas de siège à la table du conseil, s’est présenté au micro pour poser des questions à la mairesse au sujet des réserves financières de la Ville. Avant de se lancer dans le vif du sujet, il s’est permis une entrée en matière concernant l’attitude de Josée Néron à son égard, qu’il juge désobligeante.

Presque chaque fois, vous m’interrompez Mme la mairesse. Souvent, vous m’enlevez le droit de réplique. Je me sens très mal à l’aise , a-t-il dit.

Dominic Gagnon a consulté le dictionnaire et a relevé la définition de l’expression profilage politique, qu’il définit comme un comportement discriminatoire en fonction de l’identité politique .

Il a rappelé à la mairesse qu’elle s’était dite victime d’un sort semblable lorsqu’elle occupait le rôle de cheffe de l’opposition à Saguenay.

Après son intervention en lien avec les finances, Dominic Gagnon a toutefois remercié la mairesse de l’avoir laissé s’exprimer et d’avoir respecté son temps de parole. Josée Néron a pour sa part salué ce qu’elle avait interprété comme un ton plus courtois et poli de la part de Dominic Gagnon qu’à l’habitude.

Le conseil municipal sur scène.

La séance du conseil s'est déroulée à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Les réserves critiquées

Le chef de l’AS a critiqué la décision de Saguenay de créer des réserves financières, alors que la dette de la Ville atteint 505 millions de dollars.

On parle de réserves financières qu’on met de côté. Dans le contexte où on est endettés de près d’un demi-milliard de dollars, vous ne considérez pas que ça ne fait qu’augmenter la limite sur la carte de crédit de la Ville? , a demandé Dominic Gagnon.

Le conseiller municipal et président du comité des finances, Michel Potvin, a répliqué que l’observation du chef de l’AS n’avait pas de rapport .

On s’est organisé pour qu’il nous en reste un peu. Oui, on pourrait le mettre sur la dette, mais c’est la décision qu’on a décidé de prendre. Avant, il y avait zéro réserve financière et la dette augmentait de 40 à 50 millions par année , a-t-il fait valoir, précisant que l’augmentation a été limitée à 20 millions sous le règne de la présente administration.

Michel Potvin estime que la Ville fait preuve de prudence avec sa réserve oscillant autour de 8 millions de dollars.

On sait qu’on va frapper des moments plus difficiles, mais au moins, on a prévu des réserves financières. On aurait pu faire comme avant et emprunter 25 millions de dollars sur la carte de crédit , a renchéri le grand argentier de Saguenay.

La mairesse Josée Néron a expliqué que les réserves permettent à la Ville de pallier certaines fluctuations de coûts comme ceux du carburant par exemple.

Normalement, une ville avec un budget de la teneur du nôtre devrait avoir une réserve de 24 millions. La nôtre est de 8 ou 9 millions de dollars , a mis en relief la première magistrate.

Michel Potvin a conclu en disant que la Ville peut garantir que pour 2021, l’augmentation des taxes va être au minimum .

C’est ça faire de la gestion. On a décidé de faire une gestion plus serrée , a-t-il fait valoir.

Avance de fonds critiquée

Lors de la période de questions réservée au public à la fin de l’assemblée, Dominic Gagnon est revenu à la charge pour questionner la mairesse au sujet d’une avance de fonds de 587 000 $ récemment consentie à l’Espace Côté-Cour de Jonquière pour la réparation de la toiture de sa bâtisse. Il s’agit de travaux d’urgence puisque les infiltrations d’eau menacent l’intégrité de l'édifice patrimonial.

Le chef d’Alliance Saguenay estime que le règlement d’emprunt mastodonte ne permettra pas de responsabiliser l’Espace Côté-Cour et que Saguenay devrait endosser un prêt contracté par l’organisme sans but lucratif (OSBL) plutôt que de lui avancer de l'argent.

Le Côté-Cour caresse un projet global de rénovation de 3 millions de dollars et a sollicité le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ). La Ville a déjà indiqué que les 587 000 $ seraient retranchés de la part de Saguenay dans le cadre de ce projet financé sur la base du modèle tiers, tiers, tiers.

Le chef de l’AS critique l’avance de fonds, alors que le projet de restauration n’a pas encore été entériné par le MCCQ. À cela, Josée Néron a répliqué que cette procédure n’est pas inhabituelle.

Attendre la lettre, ce n’est pas une exception. C’est quelque chose qui se fait. On l’a déjà fait dans le cas de la Pulperie , a indiqué la mairesse.

Dominic Gagnon a aussi dressé un lien entre l’aide versée par Saguenay au Côté-Cour et le fait que son directeur général est le conjoint du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

On sait qu’il [Sylvain Gaudreault] est sorti à deux semaines des élections alors que votre opposant, Jean-Pierre Blackburn, menait par 47 %.

Dominic Gagnon, chef d'Alliance Saguenay

Il affirme que l’appui du député Gaudreault à Josée Néron deux semaines avant les élections a fait en sorte que le vent a tourné à Jonquière.

Jimmy Voyer prend à nouveau la parole

Jimmy Voyer, aussi membre du conseil d’administration d’Alliance Saguenay, s’est pour sa part présenté au micro pour questionner la mairesse au sujet d’un mandat octroyé à l’avocat Marcel-Olivier Nadeau de l’étude Sheppard Shapiro. Marcel-Olivier Nadeau est un ex-président du C.A. de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), le parti que dirige la mairesse Néron.

Jimmy Voyer dans la salle.

Jimmy Voyer a assisté à la séance du conseil.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Jimmy Voyer croit qu’il y a apparence de conflit d’intérêts.

Josée Néron et la greffière Caroline Dion ont expliqué que Me Nadeau n’est plus membre de l’ERD et que des critères d’équité dictent l’octroi de contrats depuis l’élection du présent conseil en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !