•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Limitez vos contacts aux personnes de votre foyer, demande la santé publique

Une petite fille salue sa grand-mère par une fenêtre.

Il est recommandé de ne passer le congé de l'Action de grâce qu'avec les membres d'une même famille (archives).

Photo : Getty Images / RyanJLane

Santé publique Ottawa et le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais demandent à la population de la région de la capitale nationale de limiter leurs contacts étroits, y compris pour le congé de l'Action de grâce, cette fin de semaine, tandis que les nouveaux cas de COVID-19 poursuivent leur hausse.

Comme beaucoup d’autres choses, le congé de l’Action de grâce sera différent cette année. Nous vous demandons de passer ce congé seulement avec les personnes de votre ménage, a indiqué la médecin-chef de SPO, Dre Vera Etches, lors de la première conférence de presse conjointe avec le CISSS de l’Outaouais, depuis le début de la pandémie, lundi.

Pour ceux qui vivent seuls, elle leur demande de choisir un ou deux contacts.

Bien entendu, nous devons garder à l’esprit la santé mentale de chacun. Si vous vivez seul, nous savons qu'un ou deux contacts en dehors de votre foyer constituent des soutiens sociaux importants. Et les parents isolés, en particulier, ont noté la nécessité de pouvoir également faire appel à l’aide d’autres personnes, a-t-elle nuancé.

La médecin-chef espère que les efforts demandés à la population porteront leurs fruits, permettant ainsi des rassemblements un peu plus importants pour les fêtes de fin d'année.

Si nous travaillons beaucoup pour limiter nos contacts étroits et suivre les recommandations de la santé publique maintenant, nous avons une chance de célébrer Noël ou Hanukkah ou d’autres festivités avec un peu plus de membres de notre famille élargie dans quelques mois, a-t-elle ajouté.

Sans cet effort collectif, alors que selon elle, nous sommes arrivés à un tournant critique, elle redoute que le système de santé entre dans une zone de crise.

Comme je l’ai dit vendredi dernier, nous sommes arrivés à un tournant critique. Notre système de santé entre en territoire de crise et nous devons agir maintenant ou nous risquons de subir les conséquences du fait de surcharger notre système de santé.

Dre Vera Etches, médecin-chef de Santé publique Ottawa

Elle a aussi illustré son propos en rappelant quelques faits.

Les hospitalisations et les éclosions continuent d’augmenter. Nous voyons plus de gens mourir. Le virus peut se propager à un taux exponentiel s’il continue à avoir des occasions de se propager, a-t-elle affirmé.

À ce titre, la santé publique a rapporté lundi 82 nouveaux cas dans les dernières 24 heures, portant à 847 le nombre de cas actifs. On déplore par ailleurs un décès de plus lundi, pour un total de 294.

Quatre femmes lors d'une conférence de presse sur Zoom.

Dre Vera Etches et Dre Brigitte Pinard en conférence de presse conjointe en ligne.

Photo : Radio-Canada

L'Outaouais plus touchée par la deuxième vague

Pour sa part, la Dre Brigitte Pinard, directrice intérimaire de la santé publique de l’Outaouais soutient également que la deuxième vague frappe de plein fouet la région.

Et, bien que l’Outaouais entame une troisième semaine au palier orange — le palier d’alerte modérée —, les acteurs de la santé observent depuis la fin août une hausse des cas dans la région, qui dans leur grande majorité touchent particulièrement les adultes de 20 à 59 ans.

Notre région est plus affectée présentement par cette deuxième vague qu’elle ne l’a été lors de la première vague, a-t-elle annoncé.

Lundi, le CISSS de l'Outaouais a rapporté 29 nouvelles infections, portant le total des cas confirmés depuis le début de la pandémie à 1514.

La Dre Pinard a rappelé que la santé publique recommandait d’aller plus loin que la mise en pratique des mesures barrières que sont le port du masque, les deux mètres de distance et le lavage des mains, et d’éviter tous les rassemblements pour le mois d’octobre, incluant les soupers avec les amis et les familles.

Pas de contrôles routiers entre Ottawa et l'Outaouais pour le moment

Bien que les médecins de la santé publique veuillent se concentrer sur la limitation des rassemblements, la mise en place de contrôles routiers entre Ottawa et l'Outaouais n'est pas exclue si les deux régions passent au rouge, soit le niveau d'alerte maximal.

Lorsqu’on regarde les mesures en place dans les zones rouges présentement au Québec, on voit un resserrement des mesures pour faire diminuer les rassemblements. Ce n’est pas impossible qu’il y ait des mesures pour vraiment s’assurer qu’il y ait le moins possible de déplacements, a détaillé la Dre Pinard.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !