•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bateau de pêcheur autochtone ravagé par les flammes à Comeauville

Un bateau incendié.

Ce qu’il reste du bateau détruit par les flammes au quai de Comeauville.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Radio-Canada

Un bateau de pêcheur autochtone a été détruit par le feu tôt lundi matin au quai de Comeauville, à Clare, en Nouvelle-Écosse.

Le bateau de pêche de 13 m (42 pieds) a subi d'importants dommages, selon Andrew Joyce, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). L'embarcation était amarrée dans la même zone depuis six semaines, afin que des réparations mécaniques y soient effectuées.

La GRC, qui a ouvert une enquête, dit avoir reçu un appel au sujet du brasier peu avant 6 h lundi.

L'incendie serait d'origine suspecte, selon le sergent Joyce.

Le propriétaire du bateau, Robert Syliboy, explique qu’il s’en servait pour la pêche commerciale en vertu d’un permis de pêche de sa bande. Il comptait aller pêcher pendant la prochaine saison, dans environ six semaines.

Robert Syliboy fait aussi de la pêche de subsistance avec un autre bateau plus petit qui, précise-t-il, n’a qu’une capacité de 50 casiers par jour. Il affirme qu’il ne fait pas la pêche de subsistance pour gagner de l'argent, mais pour exercer ses droits. Il n'y allait pas tous les jours pour se garder en forme pour la saison commerciale, souligne-t-il.

M. Syliboy dit qu'il y avait des photos de son bateau sur Facebook, qu'il a fait plusieurs publications durant les dernières semaines. Plusieurs de ses vidéos ont été vues plus de 20 000 fois et beaucoup de gens ont écrit des commentaires haineux, selon lui.

Le pêcheur attend des nouvelles de la police et de sa compagnie d'assurance.

Avec des renseignements d'Olivier Lefebvre et de Nic Meloney, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.