•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ouvre plus de 4000 nouvelles places en garderies subventionnées

Mathieu Lacombe s'adresse aux journalistes.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, incite les promoteurs à se manifester dès maintenant pour se prévaloir de ces nouvelles places subventionnées.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

L'appel de projet présenté ce matin par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, prévoit la création de 4359 places en CPE dans 13 régions du Québec où les besoins sont les plus criants.

Cette annonce de Québec comprend les 2500 nouvelles places qui avaient été promises dans le budget 2019-2020 du gouvernement Legault ainsi que 1849 places qui avaient été octroyées au cours de la dernière année, mais qui n’avaient pas été officiellement créées par les promoteurs qui les avaient obtenues.

Cet appel de projets ciblera précisément les territoires qui vivent avec les manques de places les plus criants. Au total, treize régions administratives ont été ciblées, peut-on lire dans le communiqué du ministère de la Famille.

En cette période difficile pour l’économie du Québec, il est essentiel de développer ces places rapidement.

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Pour accueillir ces milliers de nouvelles places, le gouvernement prévoit augmenter le nombre de places subventionnées dans des CPE existants et construire aussi de nouvelles garderies.

Ces 4359 nouvelles places en CPE coûteront à terme environ 72 millions de dollars par année au gouvernement, en plus du coût des nouvelles infrastructures qui y sont reliées et qui se situe entre 75 et 90 millions de dollars, a précisé Mathieu Lacombe.


Les personnes ou les services de garde intéressés ont jusqu’au 15 janvier 2021 pour déposer un projet au ministère de la Famille.

En plus des 4359 places confirmées aujourd’hui, 11 701 autres places sont présentement en développement au Québec, selon le ministère de la Famille.

Ces places ont été octroyées dans de précédents appels de projets dont le développement est présentement accéléré grâce au Plan d’accélération de l’accessibilité des places (PAAP) annoncé par le ministre de la Famille en février 2019, rappelle le ministère.

Des projets à venir pour les garderies non subventionnées

Des enfants dans une garderie

Des annonces seront faites sous peu pour les services de garde non subventionnés, a promis Mathieu Lacombe.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Bien qu'il n'y ait rien dans l'annonce d'aujourd'hui pour ces établissements, Mathieu Lacombe a tenu à rassurer les propriétaires et les parents des milieux de garde non subventionnés à qui il a déclaré : Je ne vous oublie pas.

L’appel de projets pour convertir des places non subventionnées en places à 8,35 $, c’est toujours sur les rails, ça avance bien. On est dans les derniers préparatifs pour être capables d’en faire l’annonce dans les prochaines semaines, a expliqué le ministre de la Famille.

Selon les données du site Internet La Place 0-5, plus de 40 000 enfants sont en attente d’une place, ou d’une place subventionnée dans le réseau des garderies du Québec.

Pas de fermeture des garderies en vue

Questionné sur une éventuelle fermeture des services de garde du Québec en raison de la pandémie, Mathieu Lacombe a assuré que les services de garde demeurent ouverts jusqu'à nouvel ordre.

On ne fermera pas les services de garde éducatifs à l'enfance, sauf s'il devait y avoir une éclosion dans le service de garde en question.

Jusqu'ici, a rappelé le ministre, les services de garde n'ont pas été au cœur des problématiques de contagion de la COVID-19 au Québec. On y recense environ 202 cas depuis la mi-mars et très peu d'éclosions y ont été rapportées jusqu'ici, a souligné Mathieu Lacombe. Ça démontre que nos mesures fonctionnent, a-t-il ajouté.

Trop peu trop tard, déplore Québec solidaire

À Québec solidaire, on estime que ces nouvelles places sont certes les bienvenues, mais qu’elles sont insuffisantes compte tenu des besoins actuels des familles québécoises.

Les 46 000 familles qui ont besoin d’une place en ce moment savent que leur enfant va avoir le temps d’entrer à l’école avant que les places annoncées aujourd’hui soient disponibles, a souligné la porte-parole du parti en matière de famille, Christine Labrie.

Selon Mme Labrie, 24 000 places subventionnées dorment sur les tablettes au gouvernement en raison d’un manque d’éducatrices. Il serait temps, selon la députée de Sherbrooke, de combler ces places en rendant la profession plus attrayante.

Priorité à la pénurie d'éducatrices

À la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) on invite le ministre Lacombe à agir dès maintenant pour améliorer les conditions des travailleuses des CPE et des responsables de service de garde (RSG) en milieu familial, s’il veut s’assurer de combler les milliers de places qu’il compte ouvrir dans les garderies subventionnées.

Ajouter des places dans le réseau dans le réseau des services de garde à contribution réduite est la chose à faire, écrit Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN. Mais le faire en continuant de fermer les yeux sur le manque criant de personnel, ce serait mettre à risque toute l’opération.

Le ministre reconnaît le problème de pénurie de personnel, mais ne propose rien pour les régler, déplore Mme Longchamps.

Lors de sondages concernant l’attrait de la profession d’éducatrice en CPE, les répondantes ont mentionné que la dégradation des conditions de travail, et principalement des conditions salariales, les incite à déserter la profession.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !