•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éleveurs de dindes inquiets pour leurs ventes à l'approche de l'Action de grâce

Une dinde rôtie dans un plat avec des légumes.

La dinde sera-t-elle toujours populaire cette année pour l'Action de grâce? Les éleveurs le souhaitent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les éleveurs de dindes craignent des conséquences désastreuses pour leur industrie si les familles n’achètent pas leurs produits en cette année où les grands rassemblements sont à éviter.

L’an dernier, avant la pandémie, les familles canadiennes ont acheté 2,5 millions de dindes pour l’Action de grâce. Il s’agissait d’environ 40 % du nombre entier de dindes achetées durant l’année. Le nombre de dindes achetées à l'occasion de Noël constituait aussi environ 40 % du total.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

L’industrie de l’élevage de la dinde et du dindon dépend en grande partie de cette tradition de repas familial. Mais il n’y aura probablement pas de grands rassemblements lors de l’Action de grâce, a indiqué mercredi le premier ministre Justin Trudeau. Les familles pourront peut-être se reprendre pour les Fêtes si la deuxième vague de la COVID-19 est maîtrisée d’ici là, a-t-il ajouté.

L’avenir est incertain pour l'industrie canadienne de l’élevage de dindes et dindons. Si les ventes à l'occasion de l’Action de grâce sont mauvaises, les producteurs vont en souffrir, explique le président de l’association des éleveurs de dindes de la Nouvelle-Écosse, Steven Eadie.

Steven Eadie interviewé devant un bâtiment de sa ferme.

Steven Eadie, président de l’association des éleveurs de dindes de la Nouvelle-Écosse, demande aux familles d'en consommer même si les grands rassemblements sont à éviter durant la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Steven Eadie élève des dindons dans sa ferme familiale. Ses dindons ont une petite taille parce que c’est que recherchent les consommateurs, en particulier cette année où les grands rassemblements sont interdits pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, recommande aux familles de n'organiser que de petits rassemblements pour l’Action de grâce cette année.

Les éleveurs demandent aux familles de consommer de la dinde quand même tout en restant dans leur bulle, souligne Steven Eadie. Il implore les Canadiens de poursuivre la tradition, mais en petits groupes.

Le Canada compte plus de 520 éleveurs de dindes et dindons. La valeur des ventes de l'industrie est normalement de 380 millions de dollars par année.

Avec les renseignements de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !