•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quitter Montréal pour venir s’installer en Mauricie

un couple, de dos, face au fleuve

Patrick Noita et sa conjointe Aurélia Di Meo ont habité quatre ans à Montréal avant de s'installer en Mauricie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec le télétravail et le confinement, plusieurs Montréalais quittent la métropole pour les régions et Trois-Rivières ne fait pas exception.

Après quatre années à Montréal, Patrick Noita et sa conjointe Aurélia Di Meo ont eu besoin de changement et ont fait le choix de s’installer dans la région.

Entre le trafic, le monde, le stress, les nids de poule, c'est ce qui fait qu'il y avait pas mal de choses qui nous ont embarrassés.

Patrick Noita

Près de la nature, ils ont trouvé un appartement pour tester la vie en région. Puis la pandémie est venue consolider leur choix.

On a un grand espace autour de nous, on a une belle vue, on une grande terrasse. Donc on a pu profiter tout l'été, même si on était confinés, de l'espace qu'on avait autour de nous. Ça, c'est vraiment vraiment très appréciable. C'est vrai que c'est là où on mesure la différence en fait, se réjouit Aurélia Di Meo.

un couple assis devant le fleuve

Aurélia Di Meo et son conjoint Patrick Noita sur le terrain de leur nouvelle résidence en Mauricie.

Photo : Radio-Canada

Selon l’entreprise immobilière duProprio, les maisons se vendent en moyenne 11 jours plus rapidement qu'à la même période l'année dernière. Elle observe aussi plus de surenchères sur les propriétés.

Des jeunes séduits par la région

Le Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) de Trois-Rivières, qui accompagne les jeunes dans leur projet de s'établir en région, remarque une hausse des demandes.

En fait, entre le mois de mars et aujourd'hui, j'ai une cinquantaine de demandes de plus qu'à l'habitude, donc un total de 280 quelques personnes qui veulent venir s'établir à Trois-Rivières, explique Anie Lapointe, agente au CJE.

Les effets sur le marché immobilier

Ces nouveaux venus arrivent principalement de Montréal, Québec et Sherbrooke. Conséquence du jeu de l’offre et de la demande, leur arrivée à Trois-Rivières a un effet sur le marché immobilier de la ville et exerce une pression à la hausse sur les prix.

une pancarte à vendre

L'entreprise duProprio constate que les maisons se vendent en moyenne 11 jours plus rapidement qu'à la même période l'année dernière.

Photo : Radio-Canada

Les ventes ont explosé après le déconfinement. Si on regarde du premier juin au 30 août, on a plus de 70 % de transactions de plus. Il y a aussi une diminution du nombre de jours nécessaires pour vendre les propriétés. Un délai de vente qui a diminué d'à peu près 11 jours, affirme Martin Desfossés, coach en immobilier chez duProprio.

D’après le reportage de Pascale Langlois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !