•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Atteint du cancer, Antoine Frappier veut trouver un remède aux États-Unis

Près de 61 000 dollars amassés en un peu plus de 24 heures

Un homme et sa conjointe prenne une photo devant un belvédère.

Antoine Frappier tente d'amasser des fonds afin de tenter de trouver un traitement contre son cancer.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Antoine Frappier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un Valdorien, atteint du cancer, a récolté près de 61 000 dollars avec une campagne de sociofinancement en à peine 24 heures.

Depuis mars 2019, Antoine Frappier, a vécu tout un cocktail d'émotions.

Il était âgé de 27 ans seulement au printemps 2019, lorsqu'il apprend qu'il souffre du cancer de l'estomac de stade 3, une maladie rare pour un jeune adulte.

Aux Fêtes 2019, après plusieurs traitements de chimiothérapie ainsi que l’ablation totale de l’estomac et de la moitié de l’œsophage, les spécialistes lui apprennent qu'il est en rémission.

Le cancer n'avait toutefois pas dit son dernier mot puisqu'à la fin de l'été 2020, les symptômes de la maladie réapparaissent.

Le diagnostic des spécialistes est plus difficile à ce moment.

Pour le moment, ce qui m'est offert ici au Québec, ce sont des traitements palliatifs et les professionnels disent qu'avec ce qui m'est offert, l'espérance de vie varie entre quatre mois et trois ans, précise-t-il.

Un futur père

L'été 2020 n'a pas été constitué que de mauvaises nouvelles pour Antoine Frappier.

Quelques semaines avant d'apprendre que le cancer était de retour, le Valdorien a appris qu'il allait être père. Sa conjointe, Mariève Laliberté, doit accoucher au printemps prochain.

« C'est sûr que j'ai envie de le voir grandir ce petit-là. »

— Une citation de  Antoine Frappier

Avec le petit nouveau qu'on attend pour le mois de mars prochain, c'est sûr que ça ajoute un niveau émotionnel à tout ça, ajoute-t-il.

Une campagne de sociofinancement pour acheter de l'espoir

Après avoir discuté avec son médecin de Val-d'Or, Antoine commence donc à explorer la possibilité de se tourner vers des traitements et des essais cliniques principalement offerts aux États-Unis, mais dont les coûts sont extrêmement dispendieux.

À partir de là, c'est davantage le volet financier qu'il faut évaluer afin de réussir à participer à des études cliniques, explique celui qui est chargé de projet pour VCC Entrepreneur Général, à Val-d'Or

Une campagne de sociofinancement dont le titre est Le combat d'Antoine (Nouvelle fenêtre) a donc été mise sur pied. Lancée en fin d'avant-midi, le samedi 3 octobre, presque 61 000 dollars avaient déjà été amassés 24 heures plus tard, en date de dimanche midi.

Ces fonds serviront à chercher un traitement aux États-Unis, où la recherche pour ce type de maladie est plus avancée qu'au Canada.

Pour le moment on est un peu dans le néant, on ne sait pas trop ce qui pourrait nous être offert. C'est certain que l'on s'accroche à quelque chose qui pourrait nous être offert aux États-Unis, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...