•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Unité d’enquête indépendante se penche sur l’arrestation d’une femme à Winnipeg

Gros plan sur une voiture de police où il est écrit Winnipeg police.

L'incident serait survenu lors de l'arrestation d'une jeune femme par la police de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Le service responsable des enquêtes sur la police manitobaine enquête sur les circonstances de l’arrestation d’une femme dont le bras aurait été fracturé pendant l’intervention menée par la police de Winnipeg en juillet.

Mardi, la police de Winnipeg a fait appel à l’Unité d’enquête indépendante du Manitoba au sujet d’un incident survenu sur la rue Balmoral le 11 juillet, précise l’unité dans un communiqué.

Les policiers soutiennent qu’ils étaient en route pour répondre à un appel lorsqu’ils ont été témoins d’une altercation. Ils auraient alors arrêté une femme qu’ils ont relâchée plus tard.

La jeune femme de 18 ans dit avoir ressenti de la douleur au bras et s’est rendue au Centre des sciences de la santé, où on lui a découvert une fracture à l’humérus droit.

L’Unité d’enquête indépendante précise que l’incident a d’abord été rapporté à l’Organisme chargé des enquêtes sur l’application de la loi (OCEAL, ou LERA Law Enforcement Review Agency, en anglais), qui a ensuite informé le service de police de Winnipeg de l’existence de la blessure.

Selon la Loi sur les services de police du Manitoba, une enquête de l’Unité d’enquête indépendante est obligatoire chaque fois qu’une personne est blessée gravement par une action d’un policier, qu’il soit en service ou non. Au sens de la loi, les fractures sont considérées comme des blessures graves.

L’unité demande à tout témoin et à toute personne ayant de l’information ou des images vidéo de l’incident de communiquer avec elle au 1-844-667-6060.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !