•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil scolaire d'Edmonton paie les tests de la COVID-19 de ses employés

Une infirmière tend un écouvillon.

Les tests peuvent être faits au domicile des employés du conseil scolaire des écoles publiques d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le conseil des écoles publiques d’Edmonton (ESPB) a embauché une entreprise privée pour effectuer les tests de dépistage du coronavirus sur ses employés, car les résultats sont connus dans les 24 et 36 heures.

Nous avons signé un partenariat avec le cabinet médical Acesos pour offrir à nos employés une autre option de dépistage de la COVID-19, afin qu’ils puissent revenir à travail rapidement, explique la porte-parole du conseil scolaire, Megan Normandeau.

La devanture d'un bâtiment du Conseil scolaire public d'Edmonton.

Les tests de dépistage du coronavirus à l'origine de la COVID-19 peuvent aussi avoir lieu au conseil scolaire des écoles publiques d'Edmonton, car Acesos a installé une unité médicale mobile.

Photo :  CBC

Le cabinet médical recevra entre 500 000 $ et un million de dollars, selon le nombre de tests qu’il faudra effectuer. Ces tests seront faits sur les employés qui présentent des symptômes de la maladie, comme une toux, ou sur les employés qui ont été en contact direct avec une personne infectée.

C’est un projet pilote que nous ajusterons au fur et à mesure des besoins.

Une citation de :Megan Normandeau, porte-parole du conseil scolaire des écoles publiques d'Edmonton

Cependant, seuls les employés qui recevront un résultat négatif pourront revenir au travail avant la fin de leur période d’isolement et une fois les symptômes disparus.

Par ailleurs, ceux qui ont été en contact direct avec une personne infectée devront terminer leur période d’isolement même si le résultat du test de dépistage est négatif.

Inquiétudes du syndicat des enseignants

Le conseil scolaire peut payer ces tests grâce aux 37,4 millions de dollars reçu de la subvention fédérale pour un retour en classe sécuritaire.

Selon l’Association des enseignants de l’Alberta, la subvention fédérale doit être utilisée pour les dépenses nécessaires aux fonctionnements des salles de classe.

Son président Jason Schilling comprend la décision du conseil scolaire, mais s’inquiète qu’une subvention publique soit utilisée pour payer une entreprise privée.

Le gouvernement provincial devrait offrir des tests de dépistages rapides pour les enseignants, ajoute M. Schilling.

Dans un courriel, Services de santé Alberta dit travailler pour augmenter la capacité de dépistages des laboratoires.

Avec des informations de Michelle Bellefontaine

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !