•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à Listuguj et à Pointe-à-la-Croix restreint pour préserver la bulle avec le N.-B.

Un policier discute avec un automobiliste sur le boulevard interprovincial.

La Sûreté du Québec a mis en place un barrage sur le boulevard Interprovincial, à Pointe-à-la-Croix, pour limiter l'accès à la municipalité.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec limite l'accès aux communautés de Pointe-à-la-Croix et de Listuguj afin de préserver leur inclusion dans la bulle avec le Nouveau-Brunswick.

Des points de contrôle ont été mis en place samedi midi sur le chemin Riverside, à l'entrée de Listuguj, et sur le boulevard Interprovincial, à Pointe-à-la-Croix, en vertu d'un arrêté signé vendredi par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

L'entrée pour les citoyens venant d'autres municipalités sera refusée, sauf pour des déplacements jugés essentiels.

Les raisons valables pour entrer dans les deux communautés, soit des motifs humanitaires, professionnels, de soins de santé ou de garde parentale.

L'accès à Listuguj et Pointe-à-la-Croix sera refusé aux citoyens de l'extérieur, sauf pour des déplacements jugés essentiels.

Photo : Radio-Canada

Les autorités souhaitent ainsi limiter la propagation de la COVID-19, qui progresse rapidement dans la MRC d'Avignon, tout en préservant l'accès au Nouveau-Brunswick pour les deux communautés qui entretiennent des liens étroits avec la province voisine.

La province du Nouveau-Brunswick nous a contactés pour nous dire qu'en réaction à la hausse des cas dans la MRC d'Avignon, nous devions prendre une décision par rapport à l'accès des Québécois au Nouveau-Brunswick. Ils nous ont demandé de présenter un plan d'action pour limiter les échanges, relate la directrice générale de Pointe-à-la-Croix, Stéphanie Clark.

Un policier arrête un véhicule. D'autres véhicules font la file derrière.

Les policiers arrêtent les automobilistes dans le but de limiter l'accès au territoire de Pointe-à-la-Croix.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La MRC d'Avignon a enregistré 155 cas de COVID-19 depuis le 1er septembre, dont 122 sont toujours actifs samedi.

Le transport de marchandises n’est pas affecté par ces restrictions d'accès.

Les gens qui ont l'autorisation d'entrer au Nouveau-Brunswick pourront également transiter sur le territoire de Listuguj et Pointe-à-la-Croix.

Le pont qui relie Pointe-à-la-Croix, au Québec, à Campbellton, au Nouveau-Brunswick.

La Baie-des-Chaleurs est l'endroit au Québec avec le plus haut taux de cas actifs de COVID-19 par 100 000 habitants.

Photo : Radio-Canada / Luc-Manuel Soares

Modifications à venir?

Pour les résidents des municipalités de l'ouest de la MRC d'Avignon, où on ne recense aucune éclosion, il s'agit d'une autre contrainte de déplacement, une semaine après que le Nouveau-Brunswick eut limité l'accès à son territoire à Listuguj et Pointe-à-la-Croix.

C'est aberrant, soutient une automobiliste rencontrée au point de contrôle. Je demeure à Matapédia, je viens à Pointe-à-la-Croix pour faire des commissions parce que je ne peux pas aller à Campbellton comme d'habitude.

L'arrêté ministériel indique toutefois que le directeur de santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est en droit de modifier les conditions d'accès au territoire.

Nous partageons les préoccupations de la population des municipalités environnantes pour l'accès aux services, indique la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie, Clémence Beaulieu-Gendron. Une proposition est en discussion au ministère.

Depuis le 24 septembre, les résidents de Pointe-à-la-Croix et de Listuguj qui sortent de leur localité doivent respecter une quarantaine de 14 jours avant de pouvoir à nouveau se rendre au Nouveau-Brunswick.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !