•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les internautes qui souhaitent la mort de Trump pourraient être suspendus sur Twitter

Donald Trump

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Donald Trump a annoncé que lui et sa femme Melania Trump étaient atteints de la COVID-19.

Photo : Reuters / JOSHUA ROBERTS

Radio-Canada

Le réseau social affirme que les tweets souhaitant que le président américain meure de la COVID-19 enfreignent les politiques de la plateforme et pourraient entraîner une suspension du compte des internautes qui en sont à l’origine.

Après l’annonce de son résultat positif à la COVID-19 dans la nuit de jeudi à vendredi, Donald Trump a été déplacé au centre médical Walter Reed pour y être traité.

Entre-temps, le tweet dans lequel il a annoncé son diagnostic a reçu plus d’un million de mentions « J’aime », un record sur Twitter, rapporte l’AFP.

Si plusieurs personnalités, incluant son adversaire démocrate Joe Biden, ont souhaité un prompt rétablissement au président et à la première dame Melania Trump, également infectée, plusieurs internautes avaient des mots plus durs à l’égard de celui qu’ils accusent d’avoir induit le peuple en erreur sur la gravité de la pandémie.

Plusieurs sont même allés jusqu’à souhaiter que Trump ne s’en sorte pas, des commentaires qui ont fait réagir les têtes dirigeantes de Twitter, qui affirment que de telles publications violent la politique de la plateforme en matière de comportements abusifs.

Les tweets qui souhaitent ou espèrent la mort, des préjudices corporels graves ou une maladie fatale à qui que ce soit ne sont pas permis et doivent être retirés , a affirmé l’entreprise dans une publication sur sa plateforme. Un porte-parole a affirmé au site The Guardian que cette politique était mise en place depuis avril et qu’elle s’appliquait à tous les internautes, pas seulement à Donald Trump.

Une politique hypocrite?

Plusieurs internautes ont réagi à cette prise de position sur Twitter, décrivant la politique comme étant hypocrite, soulignant que d’autres utilisateurs et utilisatrices reçoivent régulièrement des menaces de mort sans que Twitter n’intervienne.

La décision de soudainement appliquer cette politique renforce l’idée selon laquelle le fait de centraliser les décisions de modération de contenu entre les mains des grandes entreprises de technologie protège toujours les personnes puissantes et muselle celles qui sont marginalisées, a affirmé à The Guardian la musicienne trans Evan Greer.

Elle a d’ailleurs rappelé que la principale porte-parole de Fight For the Future, un organisme de protection des droits numériques, qui est une femme trans, reçoit des menaces de mort sur une base hebdomadaire, parfois quotidienne .

Un porte-parole de Twitter a affirmé au site Motherboard que l’entreprise allait suspendre certains internautes, mais qu’elle n’agirait pas sur chaque tweet.

Nous priorisons le retrait de contenu lorsqu’il représente un appel clair à des actions qui pourraient potentiellement causer de vrais préjudices.

Bien que le médecin de Donald Trump affirme qu'il se porte très bien, une source anonyme a déclaré à l'AFP que son état de santé était  très inquiétant  ces 24 dernières heures.

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !