•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dosettes de café compostables aux sites d’enfouissement, selon une association

Des dosettes de café.

Des dosettes de café certifiées compostables pourraient bientôt être permises dans les bacs verts des municipalités.

Photo : Université de Guelph

Radio-Canada

La récente suggestion du gouvernement de l’Ontario que les municipalités autorisent les dosettes de café compostables dans leurs programmes de bacs verts suscite des objections de la part de groupes environnementaux et industriels.

La semaine dernière, le ministère de l'Environnement de l'Ontario a présenté des plans pour modifier son énoncé de politique sur les déchets alimentaires et organiques, expliquant que l'objectif est de clarifier et d'élargir les articles que les municipalités devraient accepter dans leurs bacs verts.

La province n'a donné qu'un seul exemple précis d'un nouvel élément : des dosettes de café qui sont certifiées compostables, ce qui signifie qu'elles ont été testées en laboratoire et se décomposent en trois mois.

Cela a attiré l'attention de l'Ontario Waste Management Association (Association de gestion des déchets de l'Ontario, traduction libre), dont les membres manipulent 85 % des déchets, du recyclage et du compost de la province.

Le problème, selon le PDG de l'association Mike Chopowick, est que les installations de compost municipales ne sont tout simplement pas en mesure de traiter les dosettes à l'heure actuelle, ce qui signifie que même si elles vont dans des bacs verts, elles devront être éliminées et finiront dans les sites d’enfouissement.

Nous avons des préoccupations très pratiques, a déclaré M. Chopowick dans une entrevue avec CBC Toronto.

Cela entraînera, très franchement, des déchets plus chers. Cela augmente le coût du système de traitement.

Une citation de :Mike Chopowick, PDG de l'Ontario Waste Management Association

Selon M. Chopowick, les installations municipales de l'Ontario sont conçues pour décomposer rapidement les matières organiques afin de faire face au gros volume de déchets des villes et villages de la province.

Des déchets organiques avec plusieurs contaminants en plastique.

Les bacs verts pour le compostage sont déjà remplis de contaminants en plastique, selon l'assocation.

Photo : Kate Porter/CBC

Les tasses, ustensiles, sacs et dosettes de café qui sont compostables ou biodégradables ne se décomposent tout simplement pas assez vite, même s'ils peuvent être compostables à long terme, selon lui. Certains produits identifiés comme compostables peuvent prendre jusqu'à deux ans, dit-il.

Le bon fonctionnement de ces installations dépend de ce délai d'exécution rapide, a-t-il expliqué.

L’organisation Environmental Defence Canada soulève également des inquiétudes au sujet de la directive de la province sur les dosettes de café.

Elles finissent par gommer les machines et être perçues comme du plastique. Ces déchets organiques contaminés finissent au site d’enfouissement.

Une citation de :Tim Gray, directeur général d’Environmental Defence
Le directeur général du groupe Environmental Defence, Tim Gray.

Le directeur général du groupe Environmental Defence, Tim Gray.

Photo : CBC

MM. Gray et Chopowick affirment qu'une meilleure approche consisterait à adopter un modèle de responsabilité des producteurs, semblable à celui élaboré pour le recyclage en Ontario, pour forcer les gens qui fabriquent des dosettes de café à s'en occuper eux-mêmes.

Pourquoi le gouvernement ne demanderait-il pas simplement aux producteurs de ces matériaux de les collecter eux-mêmes et de les composter, s'ils sont tellement convaincus qu'ils sont faciles et bon marché à composter?, suggère M. Gray.

Club Coffee, une entreprise qui produit des dosettes de café certifiées compostables, a déclaré dans un communiqué qu'elle croyait également que la confusion des consommateurs était le véritable problème qui empêchait les municipalités d'accepter leur produit.

Nous avons effectué des tests réussis avec de nombreux lieux de compostages municipaux et privés, montrant clairement que les dosettes peuvent se décomposer en aussi peu que cinq semaines, plus rapidement que de nombreuses formes de déchets alimentaires, a déclaré un porte-parole de l'entreprise.

De nombreux responsables municipaux de gestion des déchets en Ontario nous ont dit en privé que leurs réserves quant à l'acceptation des dosettes reposent en grande partie sur l'éducation des consommateurs. Ils ne veulent pas que les gens mettent des capsules non compostables dans des bacs verts, précise le porte-parole.

Interrogé par CBC Toronto, le ministère de l'Environnement de la province n'a pas pu nommer un programme de compostage municipal qui accepte actuellement les dosettes de café certifiées.

Des produits compostables.

Des produits compostables ne sont pas nécessairement efficaces dans des installations de compostage.

Photo : CBC

Un porte-parole du ministère a déclaré que les changements apportés à la politique sur les déchets représentaient l'intérêt de la province à travailler avec les municipalités et l'industrie pour mieux comprendre la voie à suivre pour incorporer des innovations dans les emballages compostables.

Le porte-parole a également souligné qu'un projet pilote avait été entrepris avec le gouvernement fédéral pour traiter plus d'emballages compostables dans les installations de l'Ontario.

Pour M. Chopowick, les changements proposés à la politique sur les déchets vont simplement un peu trop vite.

Les plastiques compostables ne sont tout simplement pas prêts, a-t-il dit, expliquant que s'ils sont capables de se décomposer plus rapidement, ils pourraient un jour être compatibles dans les installations municipales, mais que pour l'instant, ils doivent aller à la poubelle.

Nous pensons également que les producteurs et le gouvernement devraient être un peu plus transparents avec les consommateurs à ce sujet, a-t-il déclaré.

M. Gray, de son côté, pense que la province veut répondre au lobbying de l'industrie privée. Cela n'a rien à voir avec l'amélioration du système de gestion des déchets. L'environnement doit payer, et dans ce cas, les contribuables vont également payer, dit-il.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !