•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections en Saskatchewan et COVID-19, les grands partis veulent une campagne sécuritaire

Montage avec deux photos montrant Scott Moe et Ryan Meili portant un masque.

S’ils s’entendent pour faire campagne de façon sécuritaire, les deux chefs de partis ne partagent pas le même avis quant aux mesures à prendre pour endiguer les effets du virus sur le territoire.

Photo : CBC/Matthew Howard/Trent Peppler

Radio-Canada

En pleine campagne électorale sur fond de pandémie de COVID-19, les chefs des deux principaux partis de la Saskatchewan, Scott Moe et Ryan Meili, assurent qu’ils poursuivent leurs activités de façon sécuritaire. Les deux candidats divergent en revanche sur les politiques de santé publique.

Le premier ministre sortant, Scott Moe, assure mener sa campagne en toute sécurité.

Nous nous déplaçons dans un camion, pas dans un avion. Nous ne tenons pas de grands rassemblements. Nous limitons plutôt le nombre de personnes qui se présentent à chaque événement.

Une citation de :Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Scott Moe admet néanmoins qu'il est prudent et qu'il fait tout ce qu’il peut pour protéger son équipe et sa famille.

Le chef néo-démocrate, Ryan Meili, se dit très attentif à l’évolution du virus dans la province. Il assure lui aussi prendre toutes les mesures nécessaires pour faire campagne de manière sécuritaire.

Des perspectives différentes sur la gestion de la pandémie

S’ils s’entendent pour faire campagne de façon sécuritaire, les deux chefs de partis n'ont pas le même avis quant aux mesures à prendre pour endiguer les effets du virus sur le territoire. Le plan de réouverture de la province, présenté en avril dernier, en est un exemple.

Pour justifier sa mise en oeuvre, le premier ministre sortant avait alors affirmé que la courbe avait été aplatie. La majorité des entreprises ont pu reprendre leurs activités depuis.

Mardi, Scott Moe a critiqué le NPD, disant que son chef veut ralentir le plan de réouverture qui est entamé.

Le lendemain, Ryan Meili a affirmé que ce commentaire était absurde, expliquant qu’il souhaite que la vie normale reprenne de façon sûre pour éviter un nouveau confinement.

Règles et restrictions en place

Au cours des six derniers mois, les mesures en place pour limiter la propagation du virus ont été un élément majeur du débat politique.

Au début de la pandémie, par exemple, Ryan Meili tenait quotidiennement des conférences de presse virtuelles pour critiquer la gestion du gouvernement de Scott Moe.

Cependant, selon le premier ministre, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan a toujours fourni les meilleurs conseils en matière de santé publique, même si les informations en lien avec la COVID-19 manquaient au début.

Quoi qu'il en soit, Ryan Meili estime que son rival était trop concentré sur un déclenchement hâtif des élections au printemps, plutôt que sur la pandémie.

Il était vraiment à la traîne. Nous avons eu la chance d’avoir des cas positifs ici plus tardivement que dans les autres provinces, illustre-t-il.

Divergence sur les antimasques

La question du port du masque ne fait pas non plus consensus entre les deux candidats.

Au mois de juillet, Scott Moe a dit qu’il encourage le port du masque lorsque la distanciation physique est difficile à respecter, un message qu’il répète encore aujourd’hui.

Il n’a toutefois jamais condamné les manifestations antimasque. Selon lui, personne ne devrait être stigmatisé à ce sujet.

Or, selon Ryan Meili, le premier ministre ne passe pas le bon message. Ces protestations ne nous aident pas, elles nous font du mal [...] C’est décevant de voir un premier ministre vouloir tellement gagner des votes qu’il ne dit pas la vérité, conclut-t-il.

Avec les informations d'Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !