•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

22 mises à pied au musée Science Nord

Le centre Science Nord de Sudbury, vu du lac Ramsey

Le centre Science Nord de Sudbury (archives).

Photo : iStock

Ezra Belotte-Cousineau

Le musée Science Nord de Sudbury a émis des avis de mise à pied temporaire à 22 membres de son personnel cette semaine.

Le musée scientifique a vu le nombre de ses visiteurs chuter au cours de l'été en raison de la crise sanitaire, passant de 50 000 à 8000 entrées.

La cause [des mises à pied] est que Science Nord doit auto-générer plus de 67 % de son financement par des sources comme les billets d'admission et la vente de nourriture. (...) Donc avec l'évaporation de cet argent-là, nous perdons vraiment une grande partie de nos revenus.

Guy Labine, directeur général de Science Nord
Le directeur général de Science Nord, Guy Labine, pose pour une photo.

Le directeur général de Science Nord, Guy Labine, avait dû fermer les portes du musée le 13 mars dernier en raison de la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Des licenciements temporaires

Science Nord a rouvert ses portes le 18 juillet dernier après avoir été fermé pendant des mois en raison de la pandémie.

Devant l’incertitude de la pandémie et de la reprise d’une vie normale, Guy Labine, directeur général de Science Nord maintient que ces mises à pied se veulent temporaires.

Nous sommes engagés à travailler très fort à minimiser l’impact et la durée des mises à pied temporaires en allant chercher d’autres [sources de] financement.

Guy Labine, directeur général de Science Nord

Parmi les solutions envisagées, M. Labine et son équipe cherchent notamment de nouveaux moyens pour engager le public.

Le directeur du musée regarde du côté d’autres paliers de gouvernement et aussi vers le secteur privé et certaines fondations qui pourraient offrir des dons.

Du financement dédiés pour des rénovations

Guy Labine explique que le financement de 1,5 million de dollars du gouvernement fédéral reçu en septembre est quant à lui destiné aux rénovations de l'attraction Terre dynamique et que ces sommes ne peuvent être détournées.

Ce ne sont pas des subventions opérationnelles. Ce sont des fonds capitaux pour aider à l’agrandissement et au renouvellement de l’expérience des visiteurs.

Guy Labine, directeur général de Science Nord
 Monte McNaughton est debout avec sa jeune fille à ses côtés et prend part à une photographie de groupe.

Le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, Monte McNaughton, était à Science Nord en septembre dernier pour annoncer du financement pour de la formation professionnelle.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

La province avait aussi annoncé l'octroi de 7 millions de dollars à Science Nord au mois d'août. Le directeur général explique toutefois que cette somme faisait déjà partie du budget d'opération annuel.

Programmes de formations

M. Labine considère toutefois son organisme chanceux d’avoir obtenu du financement du ministère provincial de l’Éducation pour aller de l’avant avec les programmes de formation.

Science Nord va créer des ressources pour les enseignants et les élèves du primaire, tandis que le Centre des sciences élabore du matériel pour les enseignants et les élèves du secondaire.


Vidéo : 4ᵉ année : Plan de leçon 1 — Mélange de couleurs :

Toutes les ressources sont disponibles en anglais et en français et comprennent :

  • Des vidéos de perfectionnement professionnel pour les éducateurs

  • Des activités pratiques virtuelles pour les étudiants

  • Des activités et fiches de travail des élèves qui peuvent être imprimées et distribuées par les conseils scolaires

Les ressources sont disponibles en ligne sur les sites web de Science Nord et du Centre des sciences de l’Ontario. Du nouveau matériel doit être publié chaque semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !