•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sarah-Maude Beauchesne : pour une écriture décomplexée

Elle sourit à la caméra.

L'autrice et membre du jury du Prix de la nouvelle 2021 Sarah-Maude Beauchesne

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Radio-Canada

Le hasard fait bien les choses pour Sarah-Maude Beauchesne, qui dans un passé lointain s’était classée demi-finaliste au Prix littéraire de Radio-Canada. Aujourd’hui, elle se retrouve aux côtés de Lise Tremblay et de Madioula Kébé-Kamara pour former le nouveau jury du Prix de la nouvelle 2021.

Un texte de Hamza Abouelouafaa

Le souvenir de ce concours me remplit de bonheur. D’avoir été acceptée dans cette gang intimidante qu'est le club littéraire de Radio-Canada me rend fière.

Sarah-Maude Beauchesne

Du journal intime au bouquin
Depuis son enfance et jusqu’à ce jour, Sarah-Maude Beauchesne tient religieusement un journal intime. L’écriture est au cœur de son identité, ça lui permet de figer sur le papier ses émotions pour les vivre encore et encore.

« J’ai voulu écrire un roman en 3e secondaire, je savais que c’était ma vie, ça n’a jamais été autre chose. Mais on m’a toujours dit que c’était un hobby, un passe-temps, un à-côté, au point où j’ai pensé qu’il fallait que j’étudie dans autre chose. Mais rapidement, j’ai fait à ma tête, j’ai laissé l’école, je me suis trouvé une job dans un café et j’ai commencé à écrire », dit-elle.

En 2010, elle lance le blogue Les fourchettes, une extension virtuelle de son journal intime. « Je revenais un peu tipsy [éméchée] du bar La Rockette et je me mettais à écrire. À l’époque, je ne considérais pas ça comme de la littérature, ce n’était pas noble. Mais avec les retours positifs des gens qui me suivaient, je me suis enfin acceptée comme autrice », raconte-t-elle.

Pour boucler la boucle, Les fourchettes a pris la forme d’un livre, qu’elle a lancé aux éditions Hurtubise cette semaine.

Démocratiser la littérature
Le syndrome de l’imposteur a longuement hanté Sarah-Maude Beauchesne. Son style d’écriture, qui se rapproche beaucoup du langage parlé, lui semblait trop éloigné du modèle classique.

Avec le temps, elle a appris que toutes les formes de création littéraire sont nécessaires. « La minute que tu écris, c’est valide. C’est la même chose pour les autres formes d’art. Par exemple, j’adore Mean Girls. Pour moi, c’est du cinéma, même si pour d’autres ce n'en est pas. Pourtant, j’ai été divertie, j’ai vécu des émotions, c’est ce que [l’art] devrait provoquer en nous », croit-elle.

En écriture, on essaye souvent de se prendre pour quelqu’un d’autre quand on manque de confiance. Dans mon cas, ça a commencé à fonctionner quand j’ai commencé à être moi-même.

Sarah-Maude Beauchesne

Les conseils de Sarah-Maude Beauchesne

Oser s'inscrire au prix de la création littéraire n’est pas une mince affaire. Il faut surmonter ses peurs, ses doutes et aller au-delà de son sentiment d'imposture. Sarah-Maude Beauchesne, qui est passée par là en 2010, a un conseil tout simple à donner à ceux et celles qui veulent soumettre leur texte : « Essayez de ne pas être quelqu’un d’autre, que ce soit en écriture, dans la vie ou en amour, soyez vous-mêmes. »

Sa grille d'analyse :

« Je vais essayer de juger comme j’aurais aimé qu’on me juge dans le temps. Je vais y aller au feeling, je vais y aller avec mes guts, avec ce qui feel authentique. J’ai envie de sentir que l’écriture n’est pas costumée. Je souhaite lire la vraie personne qui écrit, et non un style, une idée ou un concept. »

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours. 

Vous écrivez des nouvelles? Envoyez-nous vos textes inédits d'ici le 31 octobre 2020!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !