•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 400 tests de dépistage par jour au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une technicienne en tenue de protection effectue un test en laboratoire.

Un système de priorisation des analyses a été mis en place selon la présence, ou non, de symptômes.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Entre lundi et vendredi, 2000 tests de dépistage de la COVID-19 ont été menés au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui équivaut à une moyenne de 400 par jour.

Le laboratoire de l’hôpital de Chicoutimi analyse les résultats de la région et ceux de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec. Au total, 290 personnes de ces trois régions sont en attente d’un résultat.

Selon le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les délais pour l’obtention d’un résultat varient actuellement entre quatre et 36 heures.

Porte-parole du CIUSSS, Marie-Pier Maheux explique qu’un système de priorisation s’applique selon la présence, ou non, de symptômes.

Il y a vraiment plusieurs critères qui déterminent l’ordre de priorisation des tests. Par exemple, une personne symptomatique versus une personne asymptomatique sera traitée plus rapidement, fait valoir la porte-parole.

Elle précise qu’entre deux individus présentant des symptômes, le test de dépistage de la personne ayant été en contact avec un cas positif sera analysé plus rapidement.

Autre cas de figure : un travailleur de la santé obtiendra son résultat plus vite qu’une personne qui n’œuvre pas dans le réseau.

Le nombre de tests en cours d’analyse fluctue d’une semaine à l’autre, tout dépendant de l’achalandage dans les cliniques avec et sans rendez-vous.

Par exemple, lorsqu’il y a eu éclosion à l’École polyvalente Arvida il y a deux semaines, il y a eu un fort achalandage en clinique de dépistage, illustre Marie-Pier Maheux.

Les résultats des tests de COVID-19 sont communiqués par téléphone lorsqu’ils sont positifs et par courriel quand ils sont négatifs. Lors d’une conférence de presse tenue plus tôt cette semaine, le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, a d’ailleurs rappelé l’importance de répondre au téléphone lorsque l’inscription santé publique s’affiche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !