•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme systémique : l’ex-ministre des Affaires autochtones entend déposer une pétition

Jake Stewart assis sur le rebord d'une table décorée de ses affiches de campagne électorale.

Jake Stewart, député de Miramichi-Sud-Ouest-Baie du Vin, le 21 août 2020.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Radio-Canada

Exclu du Cabinet de Blaine Higgs, l’ancien ministre des Affaires autochtones du Nouveau-Brunswick, Jake Stewart, entend continuer d’appuyer les Premières Nations qui demandent une enquête publique provinciale sur le racisme systémique.

Le député progressiste-conservateur de Miramichi-Sud-Ouest-Baie du Vin maintient que le gouvernement Higgs doit mettre sur pied une telle enquête pour s’attaquer aux problèmes causés par le racisme systémique dans les appareils judiciaire et gouvernemental de la province.

Le premier ministre Higgs a annoncé son nouveau Conseil des ministres, mardi. Jake Stewart, qui avait été ministre des Affaires autochtones de l’automne 2018 au déclenchement des récentes élections, n’a obtenu aucun rôle au sein du nouveau Cabinet.

C’est Arlene Dunn, élue pour la première fois dans Saint-Jean-Havre, qui se retrouve à la tête du ministère des Affaires autochtones, mais aussi des ministères du Développement économique et des Petites entreprises, d’Opportunités NB, et de l’Immigration.

Un montage de photo d'un portrait de Chantel Moore, à gauche, et de Rodney Levi, à droite.

Chantel Moore, 26 ans, et Rodney Levi, 48 ans, ont été tués par des policiers au Nouveau-Brunswick lors de deux incidents distincts, en juin 2020.

Photo : Radio-Canada

Le racisme systémique au sein du gouvernement est réel, a affirmé Jake Stewart vendredi, à l'issue d'une rencontre avec des chefs des Premières Nations.

Le député s'engage à présenter une pétition pour la tenue d'une enquête publique.

Le racisme systémique présente des défis particuliers, parce qu'il est silencieux et qu'on n'en discute pas.

Une citation de :Jake Stewart, député progressiste-conservateur de Miramichi-Sud-Ouest-Baie du Vin

M. Stewart a des appuis de l’autre côté de l’arène politique. Lisa Harris, la députée libérale de Baie-de-Miramichi—Neguac, compte déposer une motion à l’Assemblée législative pour demander à ce que le gouvernement provincial organise une telle enquête.

Mme Harris a participé vendredi avec M. Stewart à une rencontre avec Roger Augustine, le chef régional de l'Assemblée des Premières Nations (APN) au Nouveau-Brunswick, et Bill Ward, le chef de la Première Nation de Metepenagiag.

Certaines personnes croient que d'appuyer cette enquête signifie ne pas appuyer la police. C'est faux, nous soutenons la police et leur travail, dit Lisa Harris. Nous avons des problèmes causés par le racisme systémique, et pas seulement dans l'application de la loi, mais dans différents ministères. Il est temps d’y faire face et de travailler tous ensemble à améliorer les choses.

Lisa Harris debout devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick.

Lisa Harris, la députée libérale de Baie-de-Miramichi—Neguac, le 24 octobre 2017.

Photo : La Presse canadienne / James West

La députée libérale, qui croit que Blaine Higgs devrait démontrer plus de respect aux dirigeants autochtones, a néanmoins décoché une flèche envers le gouvernement réélu le 14 septembre dernier. Elle estime qu’il est triste que le député Jake Stewart ait à présenter une pétition pour convaincre le gouvernement dont il fait partie de l'importance de tenir une enquête publique.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a reconnu en juin l’existence du racisme systémique dans la province.

Arlene Dunn a été assermentée à titre de ministre responsable du Développement économique et des Petites Entreprises, ministre responsable d’Opportunités NB, ministre responsable de l’Immigration, et ministre des Affaires autochtones.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arlene Dunn est assermentée à titre de ministre des Affaires autochtones et de ministre responsable de l'Immigration, du Développement économique et des Petites Entreprises, et d’Opportunités NB, le 29 septembre 2020. Le premier ministre Blaine Higgs est debout à l'arrière.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Nous devons reconnaître les obstacles que nous rencontrons dans notre province : le racisme systématique semble présent dans notre société, et ce, depuis des générations, avait-il déclaré après la mort de deux personnes autochtones, Chantel Moore et Rodney Levi, tuées par des policiers au Nouveau-Brunswick au début juin.

M. Higgs ne veut pas d’une enquête publique provinciale et maintient qu’un tel exercice devrait être fait à l’échelle nationale, sous prétexte que certains des problèmes soulevés par les chefs autochtones sont de compétence fédérale.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.