•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les présidents oubliés des États-Unis

Cinq présidents dont les décisions ont changé les États-Unis et le monde.

Le sceau du président sur un lutrin.

Un président des États-Unis parle derrière son lutrin.

Photo : Getty Images / Mark Wilson

Jean-Michel Leprince

Depuis la fondation des États-Unis, les Américains ont élu 45 présidents. Plusieurs ont été de grands dirigeants dont le monde entier se souvient. D’autres restent méconnus, mais pourtant. À l'aube de l'élection présidentielle, revoyons l’histoire de de grands oubliés.

L'expert Christophe Cloutier-Roy, chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand sur les États-Unis, a replongé dans le passé avec nous.

James Buchanan, 15e président, 1857-1861

Portrait de James Buchanan.

Le président James Buchanan (1857-1861) a été critiqué pour ses positions entourant la question de l'esclavage.

Photo : US Library of Congress

Il a failli être le dernier des présidents de l’Union parce qu’il a tout fait (ou n’a rien fait) pour qu’éclate la guerre de Sécession. Il est partisan de laisser les nouveaux États de l’Union à l’ouest de choisir ou non l’esclavage, comme dans le Sud. Le Nord en exige l’abolition, le Sud fait sécession.

Au moment de la guerre, les Américains sont rapides à lui en imputer la faute. Il y en a plusieurs qui parlent de la guerre de monsieur Buchanan, il est pendu en effigie dans plusieurs villes du Nord, dit Christophe Cloutier-Roy. Heureusement, il y aura à la même époque Abraham Lincoln, reconnu comme l'un des plus grands présidents des États-Unis.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les présidents méconnus des États-Unis: James Buchanan, 1857-1861


Andrew Johnson, 17e président, 1865-1869

Portrait d'Andrew Johnson

Andrew Johnson (1865-1869) a lui aussi été controversé pour sa gestion de l'esclavage allant à l'encontre des idées de son prédécesseur Abraham Lincoln.

Photo : US Library of Congress

Abraham Lincoln a sauvé l’Union. À la fin de la guerre de Sécession, il craint de ne pas être réélu. Il choisit comme nouveau vice-président Andrew Johnson, sénateur démocrate sudiste du Tennessee, qui est resté fidèle à l’Union dès le début de la guerre. Il compte ainsi rassurer les États du Sud, humiliés par leur défaite, pendant cette période appelée la Reconstruction.

Mais Lincoln est assassiné et, devenu président, Johnson va tout faire pour torpiller les mesures anti-esclavagistes mises en place par un Congrès fortement républicain. Il sera le premier président à être destitué par la Chambre des représentants, avant d'être sauvé par une seule voix au Sénat. Il a encouragé les États du Sud à adopter des lois racistes pour nier le plus possible des droits aux anciens esclaves.

Et cela se répercute encore jusqu’à nos jours; on a toujours ces traces de ségrégation, de ces tensions raciales récurrentes qui viennent ponctuellement marquer l’actualité américaine, souligne Christophe Cloutier-Roy.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Portrait d'Andrew Johnson

Les présidents méconnus des États-Unis : Andrew Johnson

Photo : US Library of Congress


William McKinley, 25e président, 1897-1900

Photo de William McKinley

William McKinley (1897-1900) a mis au monde l'« impérialisme » américain.

Photo : US Library of Congress

À l’aube du 20e siècle, c’est la belle époque aux États-Unis. Le président McKinley, originaire de l’Ohio, est le champion de la prospérité. Les Américains sont indignés par la répression des rebelles cubains par la couronne espagnole et ils poussent le président à déclarer la guerre à l’Espagne en 1898.

Cette splendide petite guerre permet aux États-Unis de mettre la main sur les Philippines, Guam, Porto Rico et de prendre le contrôle militaire de Cuba. En prime : l’archipel d’Hawaï. L’empire – et l’impérialisme – américain est né. McKinley est assassiné au début de son deuxième mandat – c’est le troisième président américain assassiné depuis la naissance du pays.

L’histoire l’a largement oublié mais, selon Christophe Cloutier-Roy, ce n’est pas parce que c’est un président inconséquent ou incompétent, c’est juste qu’il était dans l’ombre d’un personnage beaucoup plus grand que lui, soit Theodore « Teddy » Roosevelt, son vice-président, qui lui succédera.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les présidents méconnus des États-Unis : William McKinley


Dwight D. Eisenhower, 34e président, 1953-1961

Photo de Dwight D. Eisenhower

Dwight D. Eisenhower (1953-1961) était aux commandes des États-Unis pendant la chasse aux sorcières communistes menée par le sénateur McCarthy.

Photo : US Library of Congress

Il était le commandant suprême des forces alliées en Europe, le stratège du débarquement de Normandie et de ceux qui l’ont précédé, en Afrique du Nord et en Sicile. Ces exploits ont précipité l’effondrement du Reich nazi. Élection triomphale de ce héros à la présidence en1952.

Les Américains lui doivent leur réseau autoroutier (Interstate) et une gestion ferme et prudente de la guerre froide avec l’URSS, en pleine chasse aux sorcières communistes du sénateur McCarthy. Dans son dernier discours, ce soldat met les Américains en garde contre la puissance du complexe militaro-industriel.

Il a été un président aimable, rassurant, mais plutôt terne, l’Histoire l’a un peu oublié. C’est certainement un bon président, c’est sans doute un président dont les États-Unis avaient besoin à ce moment-là de leur histoire, estime Christophe Cloutier-Roy.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les présidents méconnus : Dwight Eisenhower


Lyndon B. Johnson, 36e président, 1963-1969

Photo de Lyndon B. Johnson.

Lyndon B. Johnson (1963-1969) était en poste en pleine guerre du Vietnam.

Photo : US Library of Congress / Thomas J. O'Halloran

Sa présidence commence dans le deuil national après l’assassinat du président John F. Kennedy – dont il était le vice-président – à Dallas, au Texas, le 22 novembre 1963. Comme enseignant au Texas il est très sensible à la pauvreté, celle des Afro-Américains en particulier. Ce sera le fondement de sa Just Society qui donnera au pays ses principaux programmes sociaux, dont Medicare et Medicaid.

Très persuasif, cet expert du Congrès impose les droits civiques et le droit de vote pour toutes les minorités. L’escalade de la guerre au Vietnam sous son mandat, très impopulaire, lui laissera une forte impression d’échec au point qu’il décidera de ne pas se représenter à un second mandat.

C’est un président sous-estimé dans l’histoire parce qu’il n’a pas le charisme, il n’a pas la stature historique que pouvait avoir un Kennedy même si la plupart des changements progressistes de la société américaine ont été faits sous la présidence de Johnson et non pas sous celle de Kennedy, souligne Christophe Cloutier-Roy.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Présidents méconnus : Lyndon Baines Johnson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !