•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Ottawa ajoute 600 millions de dollars pour les entreprises

Plusieurs entreprises craignent de disparaître avec la deuxième vague de la pandémie.

Justin Trudeau et Mélanie Joly en conférence de presse.

Le premier ministre Justin Trudeau était accompagné de la ministre Mélanie Joly pour annoncer une aide bonifiée aux PME.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Alors que la recrudescence des cas de COVID-19 alarme la communauté d’affaires au pays, le gouvernement fédéral annonce une bonification de son aide aux petites et moyennes entreprises (PME).

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé vendredi que son gouvernement ajoute 600 millions de dollars aux 962 millions déjà investis dans le Fonds d’aide et de relance régionale, comme l'avait annoncé Radio-Canada jeudi.

Présente à ses côtés, la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, a évoqué un nouveau souffle pour ce fonds, destiné à aider de petits entrepreneurs à obtenir des liquidités et ainsi joindre les deux bouts.

Le fonds, a-t-elle rappelé, constitue un filet de sécurité pour des entreprises ne répondant pas aux critères d'autres programmes, comme la Subvention salariale d'urgence ou le Compte d'urgence pour les entreprises.

On sait que certains secteurs sont plus affectés que d’autres – je pense évidemment aux secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration. Notre présence sur le terrain va certainement pouvoir donner un énorme coup de pouce.

Mélanie Joly, ministre du Développement économique

L’argent sera en grande partie distribué par les agences de développement régional, soit l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, Développement économique Canada pour les régions du Québec, FedDev Ontario, FedNor et Diversification de l'économie de l'Ouest Canada.

Les autres annonces du jour

L'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse vont aussi utiliser l'application de notification Alerte COVID. Sept provinces ont maintenant accepté de l'adopter et, selon M. Trudeau, le gouvernement du Québec fera aussi une annonce à ce sujet très bientôt.

Ottawa va verser une contribution supplémentaire de 50 M$ à des organismes qui offrent des services aux femmes et aux enfants victimes de violence, dont 10 M$ à ceux qui aident spécifiquement les femmes et les enfants autochtones vivant hors réserve.

Depuis six mois, la plupart des Canadiens ont pu rester à la maison s’ils le devaient, parce qu’ils ont un endroit sécuritaire pour vivre, a dit le premier ministre. Mais ce n’est pas une réalité pour tout le monde. Des femmes et des enfants victimes de violence ont souvent l’impression qu’ils n’ont nulle part où aller, et c’est inacceptable.

Des chaises disposées à l'envers sur une table dans un café.

Les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration sont menacés au Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La crainte de disparaître

S’il y a une deuxième vague de fermetures, ça pourrait être fatal pour un très très grand nombre d’entreprises, s’inquiète Jasmin Guénette, de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Ça va aider plusieurs entrepreneurs à passer au travers de la crise, mais il faut s'assurer que ces sommes soient disponibles rapidement.

Il demande que le traitement des demandes en vertu de ce programme s'accélère et se fasse sans trop de paperasserie et de bureaucratie.

La FCEI estime que 14 % des PME au Canada, soit 160 000, sont à risque de fermer leurs portes pour de bon en raison de la COVID-19. Les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration sont particulièrement menacés.

L'organisme juge que plusieurs mesures fédérales ont besoin d'une nouvelle couche de peinture.

Par exemple, la FCEI demande que le programme d’aide au loyer commercial, qui venait à échéance mercredi, soit reconduit et rendu plus accessible pour les petites entreprises.

Par ailleurs, la Fédération veut en savoir plus sur les modalités de la prolongation du programme de subvention salariale aux entreprises jusqu'à l'été, comme promis dans le discours du Trône du gouvernement Trudeau.

Si les provinces décident, comme le fait le Québec, de refermer des secteurs complets, il faut que les programmes soient adaptés. Il faut que les programmes soient prêts rapidement.

Jasmin Guénette, Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

La FCEI voudrait également que le compte d’urgence pour les entreprises, un programme de prêt de 40 000 $, soit bonifié à 60 000 $ et que 50 % du montant puisse être transformé en subvention.

En ce moment, la FCEI souligne que 70 % des PME sont ouvertes à l’échelle du pays, mais sont à peine capables de générer 30 % des revenus habituels.

La ministre Mélanie Joly reconnaît que la situation actuelle est très très difficile. On sait qu’on doit en faire plus et on va en faire plus, a-t-elle indiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !