•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage à Joyce Echaquan : « La justice, c’est ça qu’on veut »

Des proches de Joyce Echaquan lui rendent hommage devant le parlement à Ottawa.

Environ 200 personnes ont rendu hommage à Joyce Echaquan sur la colline du Parlement jeudi soir, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

« Justice pour Joyce. C’est la justice qu’on veut », a lancé Carol Dubé, le conjoint de Joyce Echaquan, jeudi soir à Ottawa, où près de 200 personnes se sont rassemblées devant le parlement pour rendre hommage à la femme atikamekw de 37 ans. Joyce Echaquan est décédée lundi dans des circonstances troubles à Joliette.

C’est accompagné de proches de la famille que M. Dubé a rendu hommage à sa conjointe.

C’est pas possible qu’il peut avoir encore ce racisme systémique en 2020, a-t-il déploré.

J’apprécie beaucoup qu’il y ait beaucoup de gens touchés par cet événement. Les sympathies, c’est bien beau. Mais j’aimerais ça que ce soit plus que des sympathies, qu’il y ait des actions

Une citation de :Carol Dubé, conjoint de Joyce Echaquan

Une infirmière s’est fait montrer la porte mardi. Jeudi, une préposée aux bénéficiaires du centre hospitalier a été renvoyée en lien avec ce décès. Submergé par l’émotion, M. Dubé n’a pas été en mesure de réagir à la nouvelle.

Carol Dubé accompagné de Guy Niquay devant le Parlement.

En plus de ses proches, Carol Dubé était aussi accompagné du porte-parole de la famille, Guy Niquay.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Ça ne suffit pas. C’est juste le minimum qui devait se faire, c’est pour sa part exclamé le porte-parole de la famille, Guy Niquay, qui a tenu à participer à l’hommage sur la colline du Parlement. Il a ajouté que la famille s’adressera aux médias vendredi.

Un drame qui aurait pu être évité

La présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ), Viviane Michel, a elle aussi rendu hommage à Joyce Echaquan. On vient de vivre un drame qui touche l’ensemble du Québec, a-t-elle dit.

Viviane Michel en entrevue devant le parlement à Ottawa lors du rassemblement pour rendre hommage à Joyce Echaquan.

Selon Mme Michel, la mort de Joyce Echaquan aurait pu être évitée.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Est-ce que ça prend encore des drames de ce genre pour prouver que le racisme est omniexistant (sic) au Québec?

Une citation de :Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ)

Selon elle, si les appels à l’action de la commission Viens avaient été appliqués, un tel drame aurait pu être évité.

Il ne s’est absolument rien passé. […] Si le gouvernement avait pu faire des mises en œuvre sur les actions qui ont été déposées dans le rapport, Joyce Echaquan aurait été de ce monde, a déclaré Mme Michel.

Rappel des événements

La mort de Mme Echaquan, lundi, peu de temps après qu’elle s'est filmée en direct, de son lit d’hôpital au Centre hospitalier de Lanaudière, à Joliette, a suscité un tollé. Dans sa vidéo, la mère de sept enfants déclare avoir été surmédicamentée et demande de l’aide.

On y entend également des membres du personnel soignant tenir des propos dégradants à son endroit.

Deux enquêtes ont été ouvertes après la mort de Joyce Echaquan. Une enquête à l’interne devrait permettre de faire la lumière sur les actions du personnel soignant. Une autre enquête, menée par le bureau du coroner, devrait élucider ce qui a mené à la mort de la mère de famille.

Avec les informations d’Estelle Côté-Sroka

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !