•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La déesse des mouches à feu, le film numéro 1 au Canada

Une jeune fille crie en faisant du vélo.

« La déesse des mouches à feu » a été le 6e film le plus populaire en Amérique du Nord au cours de la dernière semaine.

Photo : courtoisie Festival de cinéma de la ville de Québec

Radio-Canada

Le film québécois La déesse des mouches à feu a pris la tête des ventes de billets dans les cinémas du Canada lors de sa première semaine de sortie en salle.

Le long métrage, réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette à partir du roman éponyme de Geneviève Pettersen, a cumulé 40 % des recettes au Québec et a été le 6e film le plus populaire en Amérique du Nord.

Présenté dans 325 cinémas sur le continent, le film devra être retiré des écrans au Québec dans les prochaines semaines en raison de la 2e vague de COVID-19.

J’ai reçu une pluie de témoignages de toutes parts, jeunes et vieux, néophytes et cinéphiles : notre Déesse parle à tout le monde. Plus que jamais, le cinéma vécu en salle me semble être un baume profond, essentiel et durable. Nous reviendrons; nos ailes sont immenses et le souffle du public inaltérable, a fait savoir jeudi Anaïs Barbeau-Lavalette par voie de communiqué.

Un retour à l’écran pour Caroline Néron

Le long métrage signe le retour au grand écran de Caroline Néron, après 12 ans d’absence, et marque le premier rôle majeur de la jeune comédienne Kelly Depeault, qui incarne Catherine, le personnage principal.

Caroline Néron interprète la mère de Catherine aux côtés de Normand d’Amour, qui joue le rôle de son père; des parents en manque de repères qui aiment leur fille, mais qui se déchirent. En pleine adolescence, Catherine perd alors elle aussi le contrôle de sa vie et découvre le sexe, la drogue et le rock and roll dans le Chicoutimi-Nord du milieu des années 1990.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !