•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Joyce Echaquan : une fédération autochtone réclame des accusations criminelles

Une femme dans un lit d'hôpital.

Le chef de la FSIN, Bobby Cameron, souhaite que la mort de Joyce Echaquan ne soit pas vaine et que le racisme et l’intolérance continuent d’être dénoncés.

Photo : Facebook

La Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) demande que des accusations criminelles soient « immédiatement » portées contre le personnel soignant responsable de la mort de Joyce Echaquan, l’Atikamekw morte au Centre hospitalier de Lanaudière, à Joliette, lundi.

Joyce Echaquan, mère de sept enfants, est morte dans des circonstances troubles lundi.

Dans une vidéo tirée d'un Facebook Live réalisé par Mme Echaquan peu de temps avant sa mort, on peut l'entendre crier à l'aide et affirmer que le personnel l'a droguée. Dans la même séquence, on entend des membres du personnel intervenir au chevet de Mme Echaquan et l'insulter.

Nos plus sincères condoléances vont aux amis et à la famille de Joyce Echaquan, dit la FSIN au début de son communiqué.

Ces voeux s’étendent aussi à tous ceux qui subissent un traitement injuste et raciste par des membres du personnel médical, peut-on également lire.

Dans la foulée, la Fédération demande que les infirmières impliquées dans cette affaire en soient tenues pour responsables, rappelant que le mandat du personnel soignant est de s’occuper des patients lorsqu’ils sont dans un état vulnérable.

Ils prêtent serment de protéger et de prendre soin de toute vie humaine, rappelle la FSIN.

Selon le chef de la FSIN, Bobby Cameron, les femmes issues des Premières Nations sont les plus vulnérables au pays.

Les femmes subissent du racisme et de la discrimination dans le réseau de la santé. C’est une réalité quotidienne pour les peuples des Premières Nations.

Bobby Cameron, chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan

Bobby Cameron souhaite que la mort de Joyce Echaquan ne soit arrrivée en vain et que le racisme et l’intolérance continuent d’être dénoncés.

Joyce Echaquan méritait mieux, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !