•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AFP lance un programme de vérification des faits avec TikTok

Un téléphone intelligent avec TikTok sur son écran d'accueil.

L'Agence France-Presse s'allie avec le réseau social TikTok pour contrer les fausses nouvelles.

Photo : Getty Images / Wachiwit

Agence France-Presse

L'Agence France-Presse (AFP) ajoute un nouvel allié à sa lutte contre la désinformation. L’organisme a annoncé jeudi s’associer avec le réseau social TikTok pour contrer le fléau des fausses nouvelles.

L'accord prévoit que des équipes de l'AFP vérifient les contenus potentiellement faux ou trompeurs venant de vidéos diffusées sur TikTok dans des pays comme les Philippines, l'Indonésie, le Pakistan, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Ce travail de vérification permettra à cette plateforme de lutter contre la désinformation en retirant des contenus à problèmes et en informant les personnes qui les propagent.

Atteindre les nouvelles audiences sur les réseaux sociaux, au travers d'un journalisme basé sur les faits, est une priorité éditoriale majeure de l'AFP.

Phil Chetwynd

Selon Phil Chetwynd, directeur de l’information à l’AFP, cet accord permettra aux journalistes de « mieux couvrir et mieux traquer les tendances en matière de désinformation ».

L'AFP assure qu’elle conservera une indépendance éditoriale totale, notamment dans le choix des contenus qui seront vérifiés.

À TikTok, nous travaillons activement à la création d'un environnement sûr et favorable pour nos utilisateurs et utilisatrices, a déclaré de son côté Arjun Narayan, directeur de la confiance et de la sécurité pour l'Asie-Pacifique au sein de la plateforme.

Nous continuerons de tenir les contenus et les comptes trompeurs à l'écart de notre plateforme par l'entremise de notre programme de [vérification des faits].

Arjun Narayan

Un travail de longue haleine

C’est une nouvelle branche qui s'ajoute au service de vérification des faits de l’AFP, actif depuis 2017. L’agence s’est donné pour mission de former le plus important réseau mondial de journalistes qui se consacrent à cette mission.

Quelque 90 journalistes enquêtent sur les contenus circulant en ligne dans 80 pays pour le compte de l'agence de presse.

L’organisation participe aussi au Third Party Fact-Checking, un programme de vérification par des médias mis sur pied par Facebook qui rémunère une soixantaine de médias partout dans le monde – généralistes ou spécialisés – pour l'utilisation de leurs vérifications de faits sur sa plateforme et sur Instagram.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !