•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas de COVID-19 dans l’équipage du Bella Desgagnés

Chargement du Bella Desgagnés à un quai.

Le Bella Desgagnés au quai de Blanc-Sablon (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Un membre de l’équipage du Bella Desgagnés a reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Le navire ne transportera plus de passagers jusqu’à nouvel ordre.

C’est ce que rapporte par communiqué l'entreprise Relais Nordik, qui exploite le navire pour le ravitaillement de la Basse-Côte-Nord.

L’employé n’est plus à bord du bateau depuis lundi et l'entreprise assure que toutes les précautions ont été prises pour éviter la propagation du virus.

Les responsables ont pris la décision d’isoler l’employé et de le soumettre rapidement à un test lorsqu’ils ont appris qu’un de ses proches avait reçu un résultat positif, indique Relais Nordik.

Selon l'entreprise, il est peu probable que l'employé ait eu des contacts avec des membres de l'équipage hors de son espace de travail, et encore moins avec des voyageurs. Les tâches de la personne n'étaient pas directement liées au service aux passagers.

Le président-directeur général de Relais Nordik, Francis Roy, explique que le concept de bulle a rapidement été instauré sur le bateau au début de la pandémie pour séparer les différents groupes d’employés. Par exemple, il y a une bulle qui couvre la timonerie, le capitaine, les employés de ponts, la cafétéria, la salle des machines et les quelques employés qui vont interagir avec les clients, précise-t-il.

Pour les passagers, comme la santé publique nous a dit hier, [les risques] sont très, très, très, très faibles, parce qu’il n’y a pas eu de contacts entre cet individu-là et les passagers.

Francis Roy, président-directeur général de Relais Nordik

Le transport de passagers est tout de même suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le transport de marchandises, lui, se poursuit. Par contre, l’horaire et le trajet du Bella Desgagnés seront perturbés pour le reste de la semaine, et des délais sont à prévoir en raison de ce cas de COVID-19.

Plusieurs conteneurs sur le navire Bella Desgagnés

La marchandise du navire n'aurait pas été contaminée par le membre d'équipage atteint de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Une enquête épidémiologique est en cours. La santé publique recommande à tous les employés du Bella Desgagnés de passer un test de dépistage de manière préventive.

Le navire a été désinfecté et Francis Roy assure que le concept de bulle sera davantage renforcé auprès des employés.

Pour ce qui est des membres de l’équipage se trouvant dans la bulle de la personne infectée, Francis Roy soutient que les mesures sanitaires mises en place à bord du bateau permettent de réduire les chances de la propagation du virus entre les employés.

Un casse-tête pour ramener des passagers à la maison

En raison de ce cas de COVID-19 sur le navire, les 19 passagers qui devaient emprunter la traverse jeudi à Kegaska ont dû quitter le bateau resté à quai. Relais Nordik s’est assuré que ces passagers puissent se rendre jusqu’à Natashquan pour ensuite rentrer chez eux par avion.

C’était tout un casse-tête d’un point de vue logistique […]. Il y a des gens qui sont toujours en attente de leur avion, parce qu’hier la brume s’est mêlée de tout ça.

Francis Roy, président-directeur général de Relais Nordik

Les passagers qui n’ont pu prendre l’avion jeudi ont été logés et nourris à Natashquan.

La Basse-Côte-Nord redoute le premier cas

Le maire de Gros-Mécatina et préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones, indique que l'inquiétude est palpable en Basse-Côte-Nord après l'annonce du cas de COVID-19 dans l'équipage du Bella Desgagnés.

Vous savez, c'est un choc pour nous. Tous les maires, je les ai appelés aussitôt. J'ai appelé mon personnel et on a fait une conférence avec les maires et par la suite avec le CISSS de la Côte-Nord, explique M. Jones, qui salue la collaboration de Relais Nordik.

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

On a eu une collaboration colossale avec Relais Nordik.

Randy Jones, maire de Gros-Mécatina et préfet de la MRC du Golfe de Saint-Laurent

Le préfet a été informé du cas de COVID-19 par l'entreprise ce matin. Il n'y aurait aucun risque de contamination de la marchandise à bord du navire qui sera acheminée en Basse-Côte-Nord.

Randy Jones croit que c'est une question de temps avant que la COVID-19 touche la Basse-Côte-Nord, et croit que sa région n'a présentement pas les ressources pour faire face à une contagion.

Il soutient qu'un registre de chaque personne entrant en Basse-Côte-Nord et de sa provenance devrait être tenu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !