•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Galas de l’ADISQ : plusieurs artistes d’ici en nomination

Un montage photo de Phil G. Smith, d'Anachnid et du groupe Le diable à cinq.

Phil G. Smith, Anachnid et le groupe Le diable à cinq.

Photo : Radio-Canada

Catherine Morasse

Anachnid, Pierre Lapointe et l’équipe de la Maison de la culture de Gatineau pourraient rafler plus d’un Félix aux prochains galas de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), dont la liste des finalistes a été dévoilée jeudi.

L’auteure-compositrice-interprète Anachnid décroche ses deux premières nominations. Elle est en lice dans les catégories de l’album anglophone (pour Dreamweaver) et de l’artiste autochtone de l’année.

D’autres nouveaux visages figurent également pour la première fois parmi les nommés, soit le chanteur originaire de Gatineau Phil G. Smith (album de l’année - country) et le groupe de la Petite-Nation Le diable à cinq (album de l’année - traditionnel).

Les joyeux damnés du Diable à cinq avaient tous des papillons dans le ventre, a rapporté le pianiste Éloi Gagnon-Sabourin.

Que des petits gars de Ripon, de la Petite-Nation, en Outaouais, se ramassent en nomination à l’ADISQ, c’est quelque chose à quoi on ne pensait pas il y a quelques années seulement. Ça en dit gros sur [le fait] que même si tu viens d’un peu n’importe où, tu peux te ramasser loin si tu travailles fort. C’est assez significatif pour nous.

Éloi Gagnon-Sabourin, pianiste du groupe Le diable à cinq

Pour sa part, Philippe Gaudreault, alias Phil G. Smith, s’est souvenu de sa participation au concours Gatineau prend la scène en 2012. C’est tellement de persévérance. Gatineau prend la scène, j’ai fait les auditions quatre ou cinq fois avant d’être choisi. Quand on allait faire l’audition, on voyait les Félix sur les murs. Sortir un album et voir notre nom à l’ADISQ, c’est juste irréel!, a-t-il commenté.

En faisant paraître son premier album, On fait du country, l’auteur-compositeur-interprète prenait le risque de faire en français du nouveau country, un style alors peu répandu au Québec.

Il reçoit sa nomination pour un Félix comme la confirmation qu’il a remporté son pari. Il y a un an et demi, on travaillait en français un son plus américanisé, plus moderne. Depuis que l’album est sorti, les portes s’ouvrent. On voit d’autres personnes se mettre à faire ce style-là. Ça prouve qu’on n’était pas niaiseux et qu’on n’était pas fous!, a renchéri Phil G. Smith.

Dates des galas de l’ADISQ

  • 26 octobre : Gala de l’industrie
  • 28 octobre : Premier gala de l’ADISQ
  • 1er novembre : Gala de l’ADISQ

Un autre doublé pour la Maison de la culture

La Maison de la culture de Gatineau signe un doublé pour une deuxième année consécutive en s’illustrant dans les catégories de l'équipe de diffusion de spectacles et de la salle de spectacles.

Habitué du gala, Pierre Lapointe est pour sa part dans la course au titre de l'interprète masculin et de l’auteur.e ou compositeur, compositrice de l’année, en plus de cumuler une nomination pour Pour déjouer l’ennui dans la catégorie de l'album de l'année - adulte contemporain. Par ailleurs, il animera le Premier gala de l'ADISQ pour une deuxième fois cet automne.

Véronic DiCaire et Laurence Nerbonne se démarquent elles aussi. Elles sont respectivement finalistes dans les catégories du spectacle de l’année - interprète et de l'album pop (pour Feu).

Matt Lang se retrouve de son côté finaliste pour son spectacle éponyme en anglais. L’an dernier, c’était son disque qui s’était retrouvé en nomination dans la catégorie de l’album anglophone.

Juste le fait d’être en nomination, c’est quelque chose de gros. C’est comme si tu me disais que demain matin, j’allais en finale de la Coupe Stanley!

Mathieu Langevin, alias Matt Lang

Ça représente beaucoup, beaucoup, beaucoup. Comme je le dis souvent, Matt Lang, ce n’est pas juste le gars qui chante en avant; c’est une équipe au complet. […] Les gars sont aussi contents que moi, que l’équipe de presse, que l’équipe de tournée, que les bookers… C’est gros pour nous autres. C’est vraiment le fun, a-t-il ajouté.

Avec les informations de Marilou Lamontagne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !