•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'un travailleur : l’entreprise Claveau et Fils passible d’une amende

Une voiture de police et une voiture-ambulance dans le stationnement de l'entreprise.

Plusieurs véhicules de secours se sont rendus chez Claveau et Fils, à Jonquière, quand l'accident est survenu. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Radio-Canada

L'entreprise Claveau et Fils a reçu un constat d'infraction à la suite d'un accident de travail mortel survenu en mai dernier à Jonquière.

Yan Pelletier, un mécanicien de 42 ans, a été écrasé alors qu'il était sous un camion à benne pour réparer le démarreur.

Le camionneur a reculé sans se rendre compte que le mécanicien était toujours sous le véhicule.

Le rapport de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), qui vient d’être publié, révèle qu'aucun mécanisme de verrouillage du moteur n'était en place pour empêcher le conducteur du camion de reculer, alors qu'un tel équipement est obligatoire selon la loi.

L'inspecteur Dave Létourneau conclut ainsi que l’accident aurait pu être évité si la réglementation avait été respectée.

Une méthode de contrôle des énergies aurait empêché le camionneur de reculer avec le camion alors que le mécanicien se trouvait en dessous du véhicule. Dans ce cas-ci, le mécanisme à privilégier est l’utilisation d’un cadenas à clé unique ou d’un coupe-batterie, a-t-il expliqué en entrevue.

L'inspecteur en entrevue dans les locaux de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail à Saguenay.

L'inspecteur Dave Létourneau pense que si le démarrage du camion avait été cadenassé tel que requis, l'accident aurait pu être évité.

Photo : Radio-Canada

La CNESST assure que l’entrepreneur général a depuis installé les mécanismes de protection nécessaires lui permettant de reprendre ses activités.

Santé et sécurité déficientes

Le rapport souligne toutefois des lacunes en matière de santé et de sécurité au travail chez Claveau et Fils, comme l’absence d’un comité actif à ce sujet.

Il s’avère que le dossier du travailleur [mécanicien] comporte effectivement des formations dont le sujet est la santé et la sécurité au travail. Cependant, aucune d’entre elles ne concerne les pratiques sécuritaires en mécanique et plus spécifiquement les méthodes de contrôle des énergies sur les véhicules mobiles, peut-on lire dans le rapport.

La CNESST informera toutes les associations du secteur de la construction qui font des activités de camionnage des conclusions de l’enquête pour prévenir une telle tragédie à l’avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !