•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Montembeault écope de 13 ans et demi de prison

Pascal Montembeault, 37 ans, de Trois-Rivières, a comparu au palais de justice de Sherbrooke jeudi pour répondre à une accusation d'agression sexuelle sur une adolescente.

Pascal Montembeault, 37 ans, de Trois-Rivières, a comparu au palais de justice de Sherbrooke jeudi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pascal Montembeault passera 13 ans et demi derrière les barreaux. Détenu au centre de détention de Sorel pour des gestes à caractère sexuel, il a reçu sa peine jeudi au palais de justice de Sherbrooke.

L'homme originaire de Trois-Rivières a été arrêté en août 2017 pour avoir agressé sexuellement une adolescente de 14 ans dans un parc de Sherbrooke.

Il avait ensuite plaidé coupable à 163 chefs d’accusation de nature sexuelle.

Lors des observations sur la peine, en juillet dernier, la défense demandait une peine d'emprisonnement de 9 ans et demi, alors que la Couronne exigeait 17 ans.

À ce moment, deux victimes de l'accusé avaient livré des témoignages à la cour pour expliquer à quel point les gestes commis par Montembeault avaient eu de graves conséquences sur leur état physique et psychologique.

L'accusé avait dit se sentir comme un trou-de-cul après avoir entendu leurs témoignages.

La juge l'a vraiment mentionné, les témoignages étaient percutants. Les conséquences pour les jeunes filles sont énormes. On parle de dépression profonde, de tentatives de suicide. [...] C'est important de le mentionner parce que derrière ces écrans-là, il y a des jeunes, de vraies personnes, et c'est le prolongement de leur intimité, parce que c'est une génération de derrière l'écran, ce n'est pas une barrière, au contraire ça fait partie de leur quotidien, a tenu à rappeler la procureure aux poursuites criminelles, Marie-Line Ducharme.

Comme Montembeault est incarcéré depuis son arrestation, il faut soustraire 56 mois de détention provisoire à la peine de 13 ans et demi prononcée par la juge Claire Desgens.

Celle-ci considère cette peine comme étanttrès lourde, mais qu'elle est modérée, juste et appropriée.

C'est une peine importante concernant le nombre de chefs, on s'y attendait.

Marie-Line Ducharme, procureure aux poursuites criminelles

Parmi les facteurs aggravants, la juge Desgens a mentionné la préméditation des gestes et le fait que l'accusé était en probation.

Elle a toutefois souligné que Pascal Montembeault a reconnu rapidement sa culpabilité, qu'il a émis des remords sincères et qu'il semble y avoir une prise de conscience encourageante.

La juge a toutefois précisé que l'accusé avait pleinement conscience de ses gestes.

Pascal Montembeault a fait une centaine de victimes pendant plus de trois ans un peu partout dans la province, mais aussi en France.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !