•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau report pour la mise en service de la centrale Romaine-4

Le chantier de Romaine-4

Le chantier de Romaine-4 (archives)

Photo : Hydro-Québec

Ce report annoncé par Hydro-Québec devrait mener à la mise en service de la centrale en 2022, d'abord prévue en 2020. La société d'État indique que ce délai engendre une augmentation de 10 % du coût total du projet.

Cela signifie qu'Hydro-Québec devra débourser 677 millions de dollars de plus que prévu pour finaliser la quatrième centrale de son complexe hydroélectrique de la rivière Romaine.

Étant donné que les taux d’intérêt ont chuté, la société d’État sera tout de même en mesure de ne pas augmenter le prix de vente de son énergie, indique la porte-parole d’Hydro-Québec, Sandra Chiasson.

On a un report sur toute la séquence des travaux ce qui représente environ 10% du coût global du projet de complexe dans son ensemble. Cependant, la hausse des coûts de travaux est contrebalancée par la baisse des taux d’intérêt qui ont diminué de beaucoup ces dernières années. Donc le prix de revient demeure stable à 6,4 cennes du kilowattheure, précise Mme Chiasson.

Les raisons du report

La mise en service de la centrale Romaine-4 retardée s'explique par l'arrêt des travaux de bétonnage de la centrale de décembre 2019 à juin 2020 et par la pandémie de COVID-19.

Pour des raisons de santé et sécurité, Hydro-Québec avait décidé de changer de contractant pour les travaux de bétonnage l'hiver dernier. Les travaux qui devaient reprendre en mars n'ont finalement recommencé qu'en juin dernier.

En raison de ces événements, le chantier a été mis à l’arrêt pendant 5 mois et demi, précise Hydro-Québec.

Un report favorable à l’économie de la région

Le préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Minganie, Luc Noël, indique que ce report n’est par une mauvaise nouvelle pour la région, car l’activité économique générée par le chantier se poursuivra une année de plus.

Même son de cloche du côté des syndicats.

Ça ne peut pas être une mauvaise nouvelle, car on éloigne le chômage. Au lieu de tomber sur le chômage en 2021, ce sera en 2022, affirme Bernard Gauthier, représentant syndical de l’Union des opérateurs de machinerie lourde, section locale 791.

En 2018, Hydro-Québec annonçait un premier report qui avait alors entraîné une augmentation des coûts de 300 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !