•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

41 recommandations pour revitaliser le quartier Namur-Hippodrome

Un bâtiment de l'ancien hippodrome de Montréal.

Le bâtiment de l'ancien hippodrome de Montréal avant sa démolition.

Photo : Radio-Canada / Julien Poirier-Malo

Radio-Canada

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) demande à la Ville de clarifier sa vision sur le projet de création du quartier Namur-Hippodrome dans l'ouest de l’île.

Dans son rapport sur la consultation tenue l'hiver dernier et rendu public jeudi, l’OCPM formule 41 recommandations, dont celle de mieux évaluer les sources de pollution dans le quartier, comme le bruit et les gaz à effet de serre, et d'identifier les cibles à atteindre pour les atténuer.

À la Ville de Montréal, qui entend faire de ce secteur un quartier mixte qui contribue aux objectifs de réduction de la place occupée par la voiture en ville, l’OCPM conseille aux élus de bien planifier les besoins des familles en matière de stationnement.

Il recommande de placer explicitement la santé de la nature et la santé des personnes dans son énoncé de vision, dans l’optique de favoriser la résilience face aux changements climatiques et à des événements tels que la pandémie du coronavirus.

Les auteurs du rapport recommandent également d’établir et de rendre public le coût total sur le cycle de vie des composantes écoresponsables du projet […] et son impact sur l’abordabilité des logements sociaux, communautaires et privés et des locaux commerciaux et de services.

Il s’agit aussi d’établir une programmation de commerces et de services de proximité et d’envisager que certaines superficies commerciales puissent être de propriété municipale ou communautaire, dont la gestion pourrait être confiée à des organismes d’économie sociale ou à des OBNL.

Le transport en commun n’est pas en reste. Il doit être efficace entre le quartier Namur-Hippodrome et la station de métro Namur, dès la première phase d’occupation du quartier.

Les auteurs du rapport conseillent de placer l’agriculture urbaine au service de la résilience alimentaire et économique du quartier. Ils évoquent aussi un pôle dédié à la production maraîchère, à la transformation, à la distribution et à la consommation, qui pourrait être soutenu par des organismes d’économie sociale.

La Ville ravie du « consensus »

La Ville de Montréal accueille favorablement le rapport de l’OCPM et estime que sa publication constitue une étape importante dans le projet.

Nous sommes heureux de constater un consensus sur les orientations proposées par la Ville, incluant un développement résidentiel mixte, inclusif et vert, la présence de services aux citoyens et une offre commerciale locale, déclare-t-elle dans un courriel transmis à Radio-Canada.

L’administration Plante reconnaît toutefois que des enjeux existent pour développer ce secteur, y compris celui de la mobilité.

La Ville va donc continuer de travailler avec ses partenaires pour créer les conditions gagnantes à son développement et faciliter son accès, comme par exemple en appuyant des projets comme le prolongement de la ligne orange jusqu’à Bois-Franc, affirme-t-elle.

Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif, assure que les recommandations des commissaires seront analysées en détail afin de déterminer de quelle manière elles pourront s'intégrer dans les prochaines étapes [du projet] .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !