•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vaccins normalement offerts à l'école en Ontario le seront en clinique cette année

Une personne reçoit un vaccin au bras.

Les parents en Ontario devront faire les démarches pour s'assurer que leur enfant est vacciné.

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Les vaccins normalement offerts à l'école aux élèves de 7e année seront plutôt livrés dans des cliniques communautaires et des cabinets de médecins dans certaines parties de l'Ontario, ce qui signifie que les parents devront faire les démarches pour s'assurer que leurs enfants sont vaccinés.

Le ministère de la Santé a déclaré que les unités de santé publique locales, qui sont responsables des programmes de vaccination, y compris ceux des écoles, s'efforcent de faire savoir aux résidents où ils peuvent accéder aux vaccins.

Les élèves de 7e année reçoivent généralement des vaccins contre l'hépatite B, le virus du papillome humain et la méningococcie à l'école. Certaines de ces injections nécessitent plus d'une dose.

Ces programmes ont été perturbés en raison de la COVID-19, qui a vu des milliers d'élèves s'inscrire à des cours virtuels plutôt que des cours en personne.

À Ottawa et à Toronto – deux régions qui connaissent une augmentation du nombre de cas de COVID-19 – les responsables de la santé publique informent que les cliniques donneront la priorité à l'administration du vaccin contre la grippe cet automne.

Mais ils précisent que des cliniques de vaccination pour les élèves se tiendront dans la communauté à une date ultérieure pour remplacer les programmes scolaires.

Compte tenu des circonstances exceptionnelles, Santé publique Ottawa a également invité les médecins de famille à commander des vaccins pour les enfants d'âge scolaire dans leur cabinet privé pour vacciner leurs patients individuellement, ce qui n'est pas une habitude, a déclaré l'agence de santé.

Une série de cliniques de rattrapage ont également été organisées tout au long de l'été pour aider les familles à rester à jour sur les vaccinations, mais celles-ci ont été interrompues une fois les écoles rouvertes, a ajouté Santé publique Ottawa.

Le programme en milieu scolaire permet généralement de vacciner environ 10 000 élèves à Ottawa chaque année, a indiqué l'agence de santé.

À Toronto, les vaccins contre le VPH, l'hépatite B et la méningococcie seront disponibles sur rendez-vous dans les cliniques au cours de la nouvelle année, bien que les parents puissent également demander à leur fournisseur de soins de santé de l'administrer, ont déclaré des responsables de la santé publique.

L'examen des dossiers d'immunisation des élèves est également annulé pour le reste de l'année, a déclaré la médecin hygiéniste adjointe de Toronto, la Dre Vinita Dubey.

Les vaccins fournissent aux individus une protection contre les maladies, autres que la COVID-19. Les élèves visitant leurs prestataires de soins de santé dans le cadre de visites programmées ou urgentes ne devraient pas retarder les vaccinations pour le moment, a déclaré la Dre Dubey dans un courriel.

Vaccin anti-VPH

La Dre Jennifer Blake, directrice générale de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, a déclaré qu'il était important que les parents s'assurent que leurs enfants reçoivent toutes les doses nécessaires du vaccin contre le VPH malgré l'interruption des programmes scolaires.

L'Ontario fait déjà vacciner les élèves plus tard que les autres provinces, a-t-elle indiqué, soulignant que le vaccin contre le VPH pourrait nécessiter une troisième dose s'il est administré à un âge plus avancé. Le vaccin est la mesure préventive la plus importante contre le cancer du col de l'utérus, a-t-elle déclaré.

Ce que nous savons de l'expérience mondiale, c'est que les programmes de vaccination les plus efficaces sont les programmes en milieu scolaire. Donc tout ce qui interfère avec un programme de vaccination en milieu scolaire peut nous décourager, a souligné la Dre Blake.

C'est quelque chose à considérer pour savoir si dans les années à venir, il vaut la peine de ramener ce programme à un niveau scolaire antérieur afin que vous ayez une période de tampon au cas où quelque chose comme ça continuerait ou se reproduirait, a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !