•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gel des taxes et un déficit pouvant atteindre 129 millions à Montréal

Valérie Plante et Benoît Dorais en conférence de presse.

La mairesse Valérie Plante a notamment annoncé le gel des taxes municipales pour la prochaine année.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mathieu Prost

L'administration Plante annonce un gel des taxes foncières pour 2021 et anticipe un déficit entre 109 et 129 millions de dollars. La mairesse Valérie Plante en a fait l'annonce jeudi matin à quelques semaines du dépôt de son dernier budget avant les élections municipales de 2021.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure de confirmer que le déficit anticipé se situe entre 109 et 129 millions de dollars, en date du 31 août 2020.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

C’est un déficit important que nous dévoilons, reconnaît la mairesse Plante en rappelant le contexte de la pandémie de COVID-19.

La Ville évalue que 85 millions de dollars sont consacrés aux mesures d’urgence depuis le printemps pour faire face à la pandémie.

Gel des taxes foncières

Malgré le déficit anticipé et les pertes de revenus, l'impôt foncier des Montréalais n’augmentera pas.

Malgré les pertes de revenus dans certains secteurs et les dépenses majeures liées à la pandémie, la Ville de Montréal fait le choix de geler la taxe foncière générale relevant du conseil municipal pour l’année 2021 afin d’aider les Montréalaises, les Montréalais et les commerçants qui en ont bien besoin.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Ce gel de taxes de la ville-centre signifie un effort de 56 millions de dollars pour la Ville de Montréal […] cela veut dire que 56 millions de dollars restent dans les poches des Montréalais et des Montréalaises, précise la mairesse Plante.

C’est une décision qui a des impacts […], mais c’est un choix qui est responsable, qui s’impose, lance de son côté le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais.

Ce gel concerne la portion que maîtrise la ville-centre, soit 80 % de la facture fiscale. En ce qui concerne les 20 % restants, les arrondissements peuvent décider d’une hausse, indexée à l’inflation ou non.

Les taxes résidentielles avaient augmenté de 3,3 % en 2018, puis de 1,7 % en 2019 et de 2,1 % en 2020.

L’opposition réclame un geste plus fort pour soulager les entreprises. Ensemble Montréal souhaite notamment que les immeubles non résidentiels du centre-ville bénéficient d’une réduction de taxes foncières.

Contrainte par la loi d’équilibrer son budget, la Ville pourra notamment compter sur un versement annoncé la semaine dernière par Québec. Il s'agit d'une enveloppe de 2,3 milliards de dollars pour l’ensemble des municipalités, dont près de la moitié servira à renflouer les organismes de transport en commun.

Benoit Dorais.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En août, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal avait exclu la possibilité de hausser les taxes au-delà de l’inflation.

M. Dorais avait également laissé entendre qu’en l’absence d’une aide financière suffisante des autres ordres de gouvernement, la Ville pourrait revoir certains services, comme la collecte des ordures ménagères.

En avril dernier, durant les premières semaines de la pandémie, la Ville avait annoncé des compressions de 123 millions de dollars et un gel salarial à ses employés. Les services centraux devaient soustraire 85,7 millions de dollars de leurs dépenses, tandis que les arrondissements devaient les réduire de 28,7 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !